(New York) La Bourse de New York, qui avait démarré hésitante, a conclu solidement en territoire positif mardi, inscrivant le S&P 500 à un record, portée par l’optimisme des résultats d’entreprises, sur fond d’inquiétudes autour d’un regain de l’épidémie.

Agence France-Presse

Selon des chiffres définitifs, l’indice Dow Jones a gagné 0,80 % à 35 116,40 points. Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a avancé de 0,55 % à 14 761,29 points. Et l’indice élargi S&P 500, plus représentatif du marché américain, a avancé de 0,82 % à 4423,25 points, un nouveau sommet.

Toronto en hausse aussi

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse pour sa première séance d’activités du mois d’août.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 78,05 points pour terminer la journée avec 20 365,85 points. Le marché torontois était fermé lundi en raison d’un jour férié en Ontario.

Scott Guitard, vice-président principal et gestionnaire de portefeuille chez Fiduciary Trust Canada, a rappelé que le début du mois d’été était habituellement plus lent en ce qui a trait au volume d’activité.

Cependant, il a noté que les marchés avaient réussi à maintenir leur mouvement à la hausse mardi, grâce aux bénéfices du deuxième trimestre qui ont dépassé les attentes la semaine dernière et à la conviction que les États-Unis étaient prêts à résister au variant Delta de la COVID-19.

« Je pense que (le variant Delta) continuera d’être un facteur, mais je ne pense pas que cela va arrêter la reprise économique que nous observons déjà aux États-Unis, cela ne fera probablement que prendre un peu plus de temps », a estimé M. Guitard lors d’une entrevue.

« Des pays comme le Canada et les États-Unis sont assez bien préparés pour ce genre de choses. »

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 79,71 cents US, en baisse par rapport à celui de 80,24 cents US de vendredi.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 70 cents US à 70,56 $ US le baril, tandis que celui du gaz naturel a pris 9,2 cents US à 4,02 $ US le million de BTU.

Le prix de l’or a cédé 8,10 $ US à 1813,10 $ US l’once, pendant que celui du cuivre a reculé de 4,7 cents US à 4,38 $ US la livre.

Bons résultats américains

Au rang des résultats, les groupes d’habillement Ralph Lauren (+6,32 %) et Under Armour (+7,48 %) ont été salués pour avoir dopé leurs perspectives de ventes, signe d’une reprise des dépenses des consommateurs.

Mais les investisseurs avaient également à l’œil la poursuite du tour de vis réglementaire chinois sur les grandes entreprises et notamment le secteur des jeux vidéo.

« Il y a la préoccupation que la Chine continue à resserrer ses contrôles réglementaires sur les compagnies de technologie, après qu’un journal chinois, appartenant à l’État, a critiqué les jeux en ligne », soulignaient les analystes de Wells Fargo.

Le géant chinois de l’internet Tencent a été malmené en Bourse à Hong Kong après ces critiques contre « la dépendance aux jeux vidéo ».

Les éditeurs chinois de jeux vidéo NetEase (-11,41 %) et Bilibili (-7,06 %), cotés sur le NASDAQ, ont pris la tasse.    

Toujours du côté des jeux vidéo, l’éditeur américain Activision Blizzard, en pleine tempête après avoir été accusé d’avoir laissé s’installer discrimination et harcèlement au sein de l’entreprise, a annoncé mardi le départ d’un responsable de la filiale Blizzard Entertainment.

Le titre a chuté de 3,54 % à Wall Street.

Le créateur de jeux vidéo Take-Two Interactive Software a vu son action plonger de 7,71 % malgré de bons résultats, mais des prévisions décevantes.

Pepsico, qui a annoncé la vente des jus Tropicana et Naked à un fonds d’investissements français pour 3,3 milliards de dollars, est restée stable (+0,22 %).

La marque américaine de lingerie Victoria’s Secret s’est envolée de 26,61 % pour sa première séance à Wall Street après la scission en deux entreprises indépendantes de sa maison mère L Brands.

L’application de courtage en ligne Robinhood, qui avait raté son introduction en Bourse la semaine dernière, dépassait pour la première fois le prix de son entrée en Bourse à 46,80 dollars, bondissant de 24,20 %.

Les rendements obligataires sur la dette américaine à 10 ans demeuraient à leur bas niveau de 17,22 % contre 17,63 % la veille.

Avec La Presse Canadienne