Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour
Richard Dufour La Presse

Cascades fait désormais l’unanimité sur Bay Street.

La papetière de Kingsey Falls a rallié la semaine dernière les deux analystes qui ne suggéraient toujours pas d’acheter le titre.

Benoit Laprade, de la Scotia, et Frédéric Tremblay, de Valeurs mobilières Desjardins, recommandent désormais l’action après l’annonce, lundi, de la vente de ses activités de fabrication et de transformation de carton plat en Europe pour concentrer ses efforts sur ses activités en Amérique du Nord (boîtes de carton, produits spécialisés et papier hygiénique).

La transaction améliore la flexibilité financière de Cascades pour poursuivre la croissance, bonifier le dividende et racheter des actions, souligne Frédéric Tremblay. La dynamique observée dans l’industrie du carton-caisse et l’évaluation du titre sont aussi évoquées pour justifier sa suggestion.

***

Guru a gagné l’appui de Stifel/GMP cette semaine. Martin Landry suggère dorénavant d’acheter l’action du producteur montréalais de boissons énergisantes biologiques. L’entente de distribution avec Pepsi annoncée le mois dernier diminue le niveau de risque associé au titre, selon lui. Le partenariat pourrait accélérer considérablement la croissance au pays de Guru, qui souhaite détenir 10 % du marché canadien (à l’extérieur du Québec) d’ici 2025. « La décision de Pepsi de s’associer à Guru est un appui solide et pourrait signaler que Rockstar ne lancera pas une boisson concurrente, meilleure pour la santé », dit-il.

***

CIBC a lancé lundi une couverture officielle de Cominar sans en recommander l’achat. « La pandémie a interrompu les progrès visant à stabiliser le fonds de placement immobilier, ce qui place davantage les réflecteurs sur les éléments plus faibles comme les actifs liés au commerce de détail et les édifices de bureaux en région métropolitaine », indique Syed Sumayya. L’analyste souligne que le désendettement ou des rachats de parts sont deux éléments pouvant contribuer à améliorer l’évaluation du titre de l’entreprise de Québec.

***

Goodfood a gagné un adepte de plus jeudi après la publication de ses résultats trimestriels. Michael Glen, de la firme Raymond James, recommande désormais d’acheter le titre de l’épicier en ligne montréalais. Il estime l’évaluation attrayante, que l’entreprise est bien capitalisée et qu’il y a plusieurs initiatives de croissance en développement.

***

Le grand patron de Stingray a acheté cette semaine pour 140 000 $ d’actions d’Alimentation Couche-Tard. Eric Boyko a acheté lundi un bloc de 3000 actions au prix unitaire de 46,42 $. Il est membre du conseil d’administration de Couche-Tard depuis quatre ans.

***

Couche-Tard tiendra mercredi sa première journée pour les investisseurs depuis trois ans, c’est-à-dire depuis janvier 2018. Ce sera l’occasion de mieux saisir comment la direction entend augmenter son chiffre d’affaires et ses marges dans l’après-pandémie. Le point sur les ambitions à l’extérieur du marché des dépanneurs ainsi que « la vie après les pompes à essence » risquent aussi d’être des éléments d’intérêt.

***

Canaccord s’est rangée derrière Xebec Adsorption mardi après que l’entreprise montréalaise spécialisée dans l’énergie propre eut annoncé un contrat avec un développeur de projet de ferme laitière de gaz naturel renouvelable aux États-Unis. L’analyste Yuri Lynk souligne qu’après avoir perdu la moitié de sa valeur depuis le début de l’année, le titre de Xebec offre aux investisseurs un ratio risque-récompense favorable. Il suggère donc désormais d’acheter l’action.

***

Bombardier n’est plus un « achat spéculatif », selon l’analyste Fadi Chamoun, de la BMO. Le titre est maintenant devenu un « achat » pur et simple, souligne-t-il dans une note publiée en milieu de semaine. Deux raisons expliquent son raisonnement. D’abord, parce que la réduction de la dette et les coûts de financement progressent mieux que prévu. Mais aussi parce que les perspectives du cycle pour les avions d’affaires deviennent plus robustes.

***

Les titres québécois de MTY, CAE, Stingray, BCE, Dorel, Groupe ADF, CGI, Senvest, Cominar, Lightspeed, Nuvei, WSP, Bombardier et Aya ont tous touché cette semaine un sommet des 52 dernières semaines à Toronto.