(Paris) Après avoir été déstabilisée par des incertitudes sur les intentions de la Réserve fédérale américaine, la Bourse de New York devrait rebondir à l’ouverture lundi, aidant les marchés européens à redresser un peu la tête à la mi-journée.  

Agence France-Presse

La question des taux et de l’inflation reste au cœur des préoccupations sur les marchés. Ceux-ci avaient tous fortement reculé vendredi sur fond de crainte d’un relèvement des taux de la Fed dès l’an prochain pour brider l’inflation.  

Après une poursuite dans le rouge à l’ouverture lundi, Paris (+0,10 %), Francfort (+0,46 %) et Milan (+0,14 %) repartaient de l’avant vers 11 h 50 GMT. Londres (-0,12 %) se montrait toujours hésitante.

Plus tôt en Asie, l’indice japonais Nikkei avait chuté de 3,3 %, signant sa pire séance depuis près de quatre mois.

À Wall Street, les contrats à terme sur les principaux indices américains signalaient un rebond avant l’ouverture : le Dow Jones devrait gagner 0,48 %, le S&P 500 0,34 % et le NASDAQ 0,25 %.

« Les investisseurs continuent de digérer le virage engagé de la Fed, réduisant leur exposition aux actifs plus risqués tout en attendant plus d’indices sur un calendrier de réduction du programme d’achat massif d’obligations en cours », résume Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

La Réserve fédérale américaine prévoit un double relèvement des taux en 2023. Mais le président de la Réserve fédérale de Saint Louis, James Bullard, a semé le doute sur les marchés vendredi en préconisant une hausse des taux dès 2022, si l’inflation américaine restait élevée d’ici là.

James Bullard est actuellement un membre non votant du comité de politique monétaire de la Fed, mais il est médiatique et considéré habituellement comme favorable à une politique monétaire expansive.

Les propos de M. Bullard incitent les marchés à se « préparer à des changements » de politique monétaire plus rapidement que prévu, relève Alexandre Baradez, analyste chez IG France.

Pour l’instant, le patron de la Fed Jerome Powell n’a esquissé aucun calendrier pour une réduction progressive du soutien monétaire, mais une telle annonce pourrait avoir lieu lors de la réunion de Jackson Hole fin août.

Les messages de la Fed ont suscité dans un premier temps une vive réaction sur les taux longs américains, le rendement du bon du Trésor à 30 ans étant passé sous la barre des 2 % pour la première fois depuis février. Mais les taux se stabilisaient depuis la fin de matinée.

Cette semaine, des interventions de plusieurs membres de la Fed sont attendues, dont celle de M. Powell qui sera auditionné mardi devant le Congrès américain concernant le plan d’aide d’urgence face à la pandémie, ce qui pourrait créer de la volatilité sur les marchés.

Les investisseurs seront aussi attentifs jeudi à la décision de politique monétaire de la Banque d’Angleterre.

Apple visé par une enquête en Allemagne

Le gendarme allemand de la concurrence a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête contre l’américain Apple pour « d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles », sur la base d’une nouvelle loi renforçant les pouvoirs d’action contre les géants du numérique.

Grosse acquisition pour CNH Industrial

À la Bourse de Milan, le groupe italo-américain CNH Industrial réduisait ses pertes de la matinée (-0,29 % à 13,65 euros), après l’annonce d’un accord pour l’acquisition de 100 % de la société américaine de technologies de l’agriculture Raven Industries pour 2,1 milliards de dollars.

Succès pour les supermarchés Morrisons

Les supermarchés britanniques Morrisons s’envolaient lundi à la Bourse de Londres après avoir refusé une offre d’achat non sollicitée à 5,5 milliards de livres (6,4 mds EUR) émanant du fonds d’investissement CD & R, estimant qu’elle sous-évalue l’entreprise. Le titre décollait de 32,1 % à 235,80 pence vers 11 h 40 GMT.

Le bitcoin sous pression, l’euro reprend des couleurs

Les cours du brut continuaient leur avancée, portés par des perspectives restant favorables pour la demande.

Vers 7 h 45, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août se stabilisait (+0,01 %) à 73,50 dollars à Londres.

À New York, le baril de WTI pour le mois de juillet gagnait 0,10 % à 71,71 dollars.

L’euro reprenait 0,24 % face au billet vert (à 1,1887 dollar) après avoir touché un plus bas depuis trois mois et demi vendredi.

Sur le marché des cryptomonnaies, le prix du bitcoin chutait de 9,87 % à 32 240 dollar après avoir clôturé à 35 823 dollars dimanche, sous l’effet d’un durcissement de ton des autorités chinoises face au minage et aux échanges de ces actifs numériques devenus très populaires dans le pays.