Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Un haut dirigeant chez Dollarama a vendu cette semaine près de 5 millions de dollars en actions du détaillant montréalais.

Geoffrey Robillard, premier vice-président chargé de la division des importations, a vendu un peu plus de 82 000 actions au cours des trois premières séances de la semaine.

Plus tôt ce mois-ci, le PDG Neil Rossy, le holding privé de la famille Rossy et la Fondation Rossy avaient annoncé la vente de 125 millions de dollars d’actions de Dollarama.

***

Cascades « quitte le banc de punitions ». C’est ainsi que Hamir Patel, de la CIBC, a coiffé son rapport de recherche vendredi. L’analyste recommande dorénavant d’acheter le titre de la papetière de Kingsey Falls. Sa décision s’appuie sur ce qu’il croit être une forte probabilité de voir la hausse de prix espérée ce printemps par les principaux producteurs de carton d’emballage se refléter dans les indices de référence du marché.

***

Innergex a gagné un adepte vendredi. Credit-Suisse suggère maintenant l’achat de l’action du producteur d’énergie renouvelable de Longueuil. Andrew Kuske soutient qu’il faut ignorer le « bruit » causé partiellement par les impacts de la tempête au Texas cet hiver. Les pales de certaines éoliennes d’Innergex dans des comtés texans ont notamment été figées dans la glace en février. Le récent repli du titre représente, à son avis, une occasion d’acquérir des actions à un prix attrayant par rapport à celui d’autres producteurs d’énergie renouvelable.

***

La CIBC a suggéré en milieu de semaine de larguer le titre de Transat. « Bien que le titre ait corrigé après l’annonce de l’abandon du projet d’achat par Air Canada, il se maintient mieux que je l’anticipais », affirme Kevin Chiang. Cet expert qualifie l’offre potentielle de 5 $ par action de Pierre Karl Péladeau comme un « plafond de verre » pour le titre. Plus le temps passe, selon lui, moins il y a de chances d’assister au dépôt d’une offre d’achat formelle.

***

Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, a retiré sa recommandation d’achat sur le titre d’Air Canada plus tôt ce mois-ci en partie parce qu’il croit que les restrictions imposées par le fédéral en matière de déplacements resteront en place pour une période plus longue que celle anticipée par le marché. Dans une note publiée mardi, il souligne que l’aide financière du fédéral annoncée cette semaine peut être perçue comme une approche « extrêmement prudente » par Air Canada pour avoir accès à des fonds dont la compagnie n’aura jamais besoin. Les sceptiques peuvent toutefois dire qu’Air Canada s’attend à ce que les restrictions sur les voyages restent en place pour une période plus longue que celle évoquée dans nos hypothèses les plus conservatrices, dit-il.

***

L’euphorie demeure omniprésente sur le marché et un bon exemple pour l’illustrer, selon Hexavest, est le cours des jetons non fongibles qui a grimpé en flèche en mars. « Cette nouvelle catégorie d’instrument financier est semblable à une cryptomonnaie, mais avec la particularité de ne pouvoir être utilisée que pour acheter un produit unique », souligne le gestionnaire d’actifs montréalais dans sa plus récente revue mensuelle.

« La confiance demeure au rendez-vous, car les investisseurs continuent de se concentrer sur le trésor au bout de l’arc-en-ciel. Les marchés boursiers mondiaux demeurent chers et l’optimisme à l’égard de la réouverture des économies se reflète maintenant dans les cours boursiers. Nous conservons donc notre posture prudente. »

***

RBC a lancé cette semaine sa couverture des activités de Marché Goodfood sans recommander d’acheter l’action. L’analyste Paul Treiber fixe sa cible à 9 $ sur 12 mois. Il voit des opportunités, mais aussi de l’incertitude. « La pandémie a amplifié la croissance récente de Goodfood et je m’attends à ce que cette croissance ralentisse plus tard cette année. L’épicerie en ligne est une grande opportunité de croissance, mais amène également des défis potentiels et ça pourrait générer de plus faibles retours sur investissements comparativement aux repas prêts à cuisiner. »

***

Les titres québécois de TVA, WSP, Lassonde, Gildan, Dollarama, Stella-Jones, CGI, GDI, BRP, Produits forestiers Résolu et Saputo ont tous touché cette semaine un sommet des 52 dernières semaines à Toronto. À l’opposé, Neptune a glissé à un plancher des 12 derniers mois durant la semaine.

***

Les transactions sur le titre du fabricant montréalais de véhicules récréatifs 100 % électriques Taiga sous le symbole « TAIG » à la Bourse de Toronto débuteront dans la deuxième partie de la semaine. Le moment sera précisé lundi. Taiga entre en Bourse par l’entremise d’une fusion avec Canaccord GenuityGrowth II, société d’acquisition à vocation spécifique dont le symbole boursier est CGGZ. UN.