(New York, Toronto) La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé jeudi peu après l’ouverture, le NASDAQ repartant de l’avant, tandis que le Dow Jones restait à la traîne.

Agence France-Presse, La Presse Canadienne

À 10 h 15, le Dow Jones lâchait 0,23 %, le NASDAQ progressait de 0,65 % et le S&P 500 avançait de 0,11 %.

Mercredi dans une séance à très faibles volumes, l’indice Dow Jones avait progressé de 0,05 % à 33 446,26 points. Le NASDAQ, à forte concentration technologique, avait reculé de 0,07 % à 13 688,84 points. Le S&P 500 avait établi un nouveau record à 4079,95 (+0,15 %).

La Bourse de Toronto a pour sa part clôturé en hausse jeudi, soutenue par son secteur des technologies de l’information, pendant que les grands indices américains ont grimpé avec la baisse des rendements obligataires.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 99,80 points pour terminer au cours de clôture record de 19 228,87 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 79,50 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 79,26 cents de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a reculé de 17 cents US à 59,60 $ US le baril, tandis que celui de l’or a grimpé de 16,60 $ US à 1758,20 $ US l’once. Le prix du cuivre a progressé de son côté de 4 cents US à 4,09 $ US la livre.

« Les échanges sont mitigés en début de séance, après les chiffres décevants des inscriptions hebdomadaires au chômage, mais le NASDAQ ouvre solidement », soulignaient les analystes de Schwab.  

Les demandes hebdomadaires d’allocations chômage ont augmenté de façon surprenante pour la 2e semaine d’affilée à 744 000 alors que les analystes prévoyaient 678 000.

Les marchés digéraient également le message de la Réserve fédérale américaine (Fed) dans les minutes de sa dernière réunion monétaire du 17 mars, qui « a réitéré que cela prendrait du temps avant que les conditions permettent un resserrement de la politique monétaire », soulignaient aussi les analystes de Wells Fargo.

La plupart des participants au Comité monétaire ont estimé que « les risques autour des perspectives de l’inflation étaient équilibrés », selon ce compte-rendu.

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans étaient en repli, autour de 1,63 % peu après l’ouverture.

Le président de la Fed Jerome Powell devait en outre participer aux réunions du Fonds monétaire international à Washington jeudi, lors d’un débat avec la directrice générale de l’institution Kristalina Georgieva et le président de la Banque mondiale, David Malpass.

La veille, le marché avait été « égayé », selon Patrick O’Hare de Briefing.com, par la lettre de Jamie Dimon, le patron de JPMorgan Chase, à ses actionnaires.

« L’économie américaine devrait être florissante jusqu’en 2023 », a écrit le puissant dirigeant citant les dépenses massives de relance de l’administration américaine, la loi sur les infrastructures et « l’euphorie autour de la fin de la pandémie » comme moteurs principaux.

Il a décrit une économie de « boucles d’or » pour les deux prochaines années.

Les grands noms de la technologie tiraient la hausse jeudi matin, Apple, Amazon, Tesla progressant de plus de 1 %.

L’action de la chaîne de magasins de jeux vidéo GameStop, sur des montagnes russes depuis le début de l’année, prenait 0,54 % après l’annonce de la prochaine élection de Ryan Cohen à la présidence du conseil d’administration. Ce dernier est le co-fondateur du populaire site de ventes de produits pour animaux domestiques Chewy et veut que la chaîne de magasins développe sa présence en ligne.