(New York) American Airlines a annoncé jeudi avoir perdu 8,9 milliards de dollars en 2020 et pourtant son titre s’est temporairement envolé de plus de 80 % à Wall Street : la compagnie est devenue la dernière coqueluche des boursicoteurs du forum WallStreetBets en révolte contre Wall Street.

Juliette MICHEL
Agence France-Presse

Après son décollage en trombe dans les échanges électroniques précédant la séance officielle de la Bourse de New York, le titre prenait encore 25 % peu après l’ouverture. C’est un mouvement inhabituel pour une entreprise établie de longue date, loin d’être une jeune entreprise ou de détenir une technologie révolutionnaire.  

> À lire aussi: Les réseaux sociaux à l’assaut des Bourses

Si les résultats dévoilés jeudi matin étaient un peu meilleurs qu’attendu par les analystes observant traditionnellement la compagnie, sa santé financière reste mal en point.  

Les ventes de billets d’avion ont chuté depuis le début de la pandémie et le chiffre d’affaires d’American Airlines s’est effondré de 62 % l’an dernier.  

Les perspectives à court terme ne sont pas affriolantes.  

Entre le lent déploiement de la vaccination contre la COVID-19, les nombreux cas enregistrés chaque jour et les nouvelles restrictions sur les déplacements mises en place par le gouvernement de Joe Biden, la société s’attend à ce que son chiffre d’affaires reste en baisse de 60 % à 65 % au premier trimestre par rapport à la même période en 2019.  

Mais l’entreprise a aussi fait son apparition sur le forum WallStreetBets mercredi soir avec entre autres le message « AAL the next GME ? ».  

AAL est le symbole de la compagnie à Wall Street et GME celui de GameStop, une chaîne de magasins vidéo aux résultats financiers loin d’être resplendissants qui a connu ces derniers jours une flambée boursière.  

De nombreux investisseurs traditionnels ont parié ces derniers mois sur le déclin de GameStop. Mais un groupe de boursicoteurs, avides de paris financiers risqués, s’est mis en tête de donner tort à ces grands noms de la finance en achetant massivement le titre de GameStop.  

Ce dernier est passé de 17,25 dollars en début d’année à plus de 370 dollars jeudi.

Les utilisateurs de Reddit se sont aussi tournés ces derniers jours vers d’autres entreprises comme la chaîne de cinémas AMC ou le fabricant de téléphones BlackBerry, chamboulant leur titre.

Certains veulent maintenant faire de même avec American Airlines.  

« AAL fait l’objet de nombreux paris à la baisse alors que ce n’est pas le cas pour les autres compagnies aériennes. Faisons-nous de l’argent wsb ! ! ! » écrit un membre du forum WallStreetBets, désigné par l’acronyme wsb, dans un message se terminant par quatre petites fusées en vol.

Après avoir réalisé que leur nouvelle initiative était relayée par des médias d’informations financières importants aux États-Unis, un autre membre s’est enthousiasmé sur le forum : « WSB contrôle le marché boursier. Prouvez-moi que j’ai tort ».

En préambule d’une conférence téléphonique revenant sur les résultats de la compagnie, le patron d’American Airlines a prévenu qu’il ne ferait pas de commentaires sur la récente activité de l’action et qu’il ne répondrait pas aux questions sur le sujet.  

« Nous avons pour règle de ne pas spéculer sur les mouvements au jour le jour de notre titre et nous nous y tiendrons aujourd’hui », a-t-il déclaré.

« Nous ne pensons pas que (l’envolée de l’action) est guidée par les éléments fondamentaux de l’entreprise », a affirmé dans une note la spécialiste du secteur aérien Helane Becker du cabinet Cowen.  

« Les perspectives pour American Airlines sont similaires aux autres compagnies (stagnation de l’activité voire légère dégradation par rapport au trimestre précédent) », a-t-elle souligné.  

L’ensemble du secteur aérien semblait quand même profiter de l’opportunité : SouthWest, qui a fait part d’une perte nette de 3,1 milliards de dollars en 2020 jeudi, prenait 3,5 % dans les premiers échanges, Delta gagnait 3,2 % et United Airlines montait de 6 %.