Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

La papetière montréalaise Produits forestiers Résolu est l’entreprise québécoise qui a le plus profité du surprenant rebond des marchés en avril.

La valeur boursière de Résolu a presque doublé durant le mois alors que son action s’est appréciée de 90 %. Parmi les autres titres québécois ayant réalisé des gains impressionnants, notons Dorel (+ 86 %), BRP (+ 82 %), Mediagrif (+ 81 %) et DavidsTea (+ 81 %).

Soulignons que Résolu avait perdu 53 % en mars, alors que Dorel et BRP avaient cédé quelque 60 %.

Chez les perdants en avril, parce qu’il y en a eu, les titres d’Uni-Sélect et du Groupe TVA ont tous les deux reculé de 17 %. Pour Uni-Sélect, la chute s’est poursuivie puisque l’action avait largué 53 % de sa valeur en mars.

***

Alors que Bombardier présentera jeudi ses résultats de début d’exercice, RBC suggère de se placer sur les lignes de touche. RBC a retiré sa recommandation d’achat en milieu de semaine. Walter Spracklin perçoit des risques grandissants pour l’entreprise en lien avec la pandémie, la demande pour les jets d’affaires, l’endettement, ainsi qu’entourant la clôture de la transaction avec Alstom pour les activités de transport sur rails.

***

iA Groupe financier s’est attiré une recommandation d’achat additionnelle, vendredi. Canaccord propose dorénavant à ses clients d’acheter le titre alors que l’institution financière de Québec publiera ce jeudi sa performance de début d’exercice.

***

« Les pessimistes prévoient une récession longue et profonde et cette absence de consensus provoque l’extrême volatilité observée récemment », analyse Philippe Hynes, de la firme montréalaise Tonus Capital. Dans le commentaire trimestriel envoyé à ses clients, il révèle des gestes qu’il vient de faire. Des positions dans cinq titres déjà détenus (Re/Max Holdings notamment) ont été bonifiées, et trois titres — Couche-Tard, Dormez-vous ? et Berkshire Hathaway — qui avaient déjà été en portefeuille, mais vendus en raison de leur évaluation, ont été réintroduits.

***

La Bourse vient d’enregistrer un des bons mois de son histoire. Des experts nous ont confié cette semaine être même un peu incrédules. La force du rebond « inquiète » certains professionnels. Le marché n’est pas positionné pour voir l’économie effectuer un pas en arrière s’il devait y avoir une seconde phase de confinement, selon eux. L’évaluation actuelle offrirait peu de place à l’erreur. Il ne serait peut-être pas bête de prévoir des liquidités.

***

« La Bourse est un mécanisme d’anticipation et les investisseurs sont payés pour prendre des risques. En attendant la certitude, ou l’approche de la certitude, la récompense devient moins grande. Aujourd’hui, si un investisseur attend un vaccin contre la COVID-19 ou un retour à la normale de l’économie, une bonne partie de la récompense aura été attribuée à ceux qui étaient disposés à investir plus tôt. La Bourse anticipe ce qui pourrait survenir dans l’économie de 6 à 12 mois d’avance », rappelle le gestionnaire d’actifs Donville Kent dans sa lettre financière printanière.

***

La force du commerce électronique crée de nouvelles occasions de croissance pour l’entreprise montréalaise de camionnage TFI (ex-TransForce), relève Gestion Palos dans sa plus récente lettre financière hebdomadaire. « L’entreprise possède l’infrastructure et le réseau pour être un leader dans ce secteur », souligne le gestionnaire de portefeuille Charles Marleau.