(Washington) Le plongeon à la Bourse de New York « va trop loin », a estimé vendredi le conseiller économique de Donald Trump, exhortant au calme et à ne pas agir dans la précipitation face à la propagation mondiale du nouveau coronavirus.

Agence France-Presse

« Sur la base de ce que nous savons, il me semble que le marché va trop loin », a déclaré Larry Kudlow, directeur du conseil économique de la Maison-Blanche.

Pour lui, la menace est « faible », tandis que l’économie américaine reste « solide ». « Je ne pense pas que quiconque devrait paniquer. Ça va bien », a-t-il insisté.

Larry Kudlow s’exprimait alors que la Bourse de New York pourrait clore vendredi sa pire semaine depuis la crise financière mondiale de 2008, conséquence de l’inquiétude provoquée par la propagation du nouveau coronavirus hors des frontières chinoises.

PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS

Le conseiller économique Larry Kudlow

La place new-yorkaise, en perdant plus de 10 % depuis le début de la semaine, est officiellement entrée en période de correction.

« Je ne crois pas qu’il soit bon de prendre des mesures politiques précipitées, du moins à l’heure actuelle », a également commenté le conseiller du président américain alors que l’épidémie ne s’est pas encore propagée à grande échelle sur le sol américain.

Pour l’heure, l’épidémie de coronavirus n’a affecté qu’une soixantaine d’Américains, dont une quarantaine ayant été contaminés à l’étranger.

Mais les autorités sanitaires américaines s’attendent à une propagation du virus et ont encouragé les écoles, les entreprises et les gouvernements locaux à envisager des mesures de précaution, comme l’annulation d’événements publics.

Le nouveau coronavirus a contaminé 83 853 personnes dans le monde, dont 2873 sont décédées, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 9 h.