Les actionnaires d’Air Canada ont subi une « poche d’air » en Bourse, mardi, après que ses hauts dirigeants aient indiqué lors de l’énoncé des résultats de fin d’année 2019 que le transporteur connait un premier trimestre 2020 difficile sous les effets combinés de la crise du coronavirus en Chine et de l’absence prolongée des avions Boeing 737 Max.

Martin Vallières Martin Vallières
La Presse

La valeur boursière d’Air Canada a décroché de 6 % jusqu’à 43,10 $ par action en début de séance mardi à la Bourse de Toronto, à sa plus basse cote depuis la fin septembre 2019.

Cette valeur boursière s’est redressée un peu par la suite pour terminer la séance en baisse moins prononcée de 2,6 % à 45 $ par action.

Dans son compte-rendu trimestriel, Air Canada demeure aux prises avec les coûteuses mesures de remédiation à l’interdit de vol qui perdure envers les 737 Max, qui représentent près du quart de sa flotte d’avions monocouloirs de grande capacité.

Mais depuis le mois dernier, Air Canada a interrompu tous ses vols vers la Chine et sa liaison Toronto-Hong Kong en raison de la crise du coronavirus COVID-19, qui a entraîné des mises en quarantaine massives en Chine et fait plus de 1800 morts jusqu’à maintenant.

En conséquence de ces impacts sur ses opérations, les dirigeants d’Air Canada ont indiqué mardi qu’ils anticipent que le bénéfice ajusté au premier trimestre de 2020 sera réduit d’un tiers ou quelque 200 millions de dollars par rapport au résultat comparable de 583 millions qui avait été comptabilisé lors du premier trimestre de 2019. « Le plus gros impact sur nos résultats demeure l’absence du 737 Max. Mais en plus, il y aura certainement un impact à ne pas voler en Chine pendant deux mois lors du premier trimestre », a déclaré le directeur financier d’Air Canada, Michael Rousseau, lors de la présentation des résultats trimestriels.

Les liaisons d’Air Canada reliant Pékin et Shanghai à Toronto, Vancouver et Montréal représentaient environ 6 % de la capacité du transporteur. En surplus, la liaison Hong Kong-Toronto représentait entre 1 % et 2 % de cette capacité.

Air Canada prévoit que ces liaisons - suspendues jusqu’en mars pour le moment - seront rétablies avec une fréquentation normale d’ici le troisième trimestre.

Par ailleurs, c’est aussi durant la deuxième moitié de 2020 qu’Air Canada anticipe les premiers résultats de son acquisition du voyagiste Transat A. T., si approuvée sans trop de conditions par les autorités fédérales, ainsi que de la mise à niveau de son système de fidélisation de clients-voyageurs.

« Quoique ses résultats à court terme soient affectés par les crises du coronavirus et des avions 737 Max, je demeure positif envers Air Canada en 2020 en considérant les éléments suivants : sa forte position en liquidités – à 5,9 milliards en fin d’année 2019 – dans son bilan, l’apport attendu de l’acquisition de Transat et de la rénovation d’Aéroplan, sa bonne flexibilité d’ajustement en cas de repli de la demande, ainsi que sa valeur boursière encore à escompte par rapport à ses semblables américains », a commenté l’analyste Cameron Doerksen, chez la Financière Banque Nationale, dans une note envoyée mardi à ses clients-investisseurs.

Entre temps, dans ses résultats trimestriels de fin d’année 2019, Air Canada a déclaré un bénéfice de 152 millions, ou 56 cents par action (dilué), comparativement à une perte nette de 360 ​​millions ou de 1,33 $ par action (dilué) au quatrième trimestre de 2018. Le quatrième trimestre de 2019 comprenait des gains de taux de change sur devises de 92 millions, tandis que les trois derniers mois de 2018 comprenaient des pertes sur devises de 444 millions de dollars. Sur la base de résultats ajustés des éléments hors exploitation, Air Canada affirme qu’elle a dégagé un bénéfice de 47 millions au quatrième trimestre de 2019, comparativement à un bénéfice ajusté de 55 millions lors du trimestre correspondant un an plus tôt.

Quant à ses revenus d’exploitation, ils ont totalisé près de 4,43 milliards au quatrième trimestre, en hausse par rapport aux 4,23 milliards comptabilisés un an plus tôt.

Pour tout son exercice 2019, Air Canada a comptabilisé des revenus de 19,1 milliards, majorés de 6 % par rapport à 2018.

Le bénéfice net de l’exercice 2019 s’élève à 1,4 milliard, ce qui est 35 fois plus que le montant d’à peine 37 millions qui avait été comptabilisé un an plus tôt.

– Avec La Presse canadienne