Au moins deux analystes ont retiré vendredi leur recommandation d’achat sur le titre de Bombardier.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Déçus par l’avertissement lancé jeudi par la direction de Bombardier, Tim James, de la TD, et Benoit Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, suggèrent dorénavant de « conserver » l’action.

Ces deux analystes attendent maintenant de connaître les précisions qui seront apportées le 13 février par les dirigeants pour réduire le niveau d’endettement, mais aussi sur les perspectives dans les secteurs de l’aviation et des transports.

***

Bombardier était l’un des cinq titres québécois sur la liste des « meilleures idées » de placement présentée par la TD en début de semaine pour commencer 2020. Les autres titres québécois sur la liste sont Gildan, SNC-Lavalin, CGI et le CN.

***

L’action d’Alimentation Couche-Tard a touché vendredi son plus haut niveau depuis un an. Des médias australiens ont rapporté cette semaine qu’Alain Bouchard et Brian Hannasch étaient à Sydney jeudi et vendredi pour assister à des présentations faites par la haute direction de Caltex, cette entreprise australienne que Couche-Tard aimerait bien acquérir.

***

La BMO a bonifié sa recommandation sur Innergex en début de semaine et propose maintenant l’achat de l’action du producteur d’énergie renouvelable de Longueuil. L’analyste Ben Pham a notamment souligné le manque d’appréciation des investisseurs envers la qualité des actifs de l’entreprise.

***

La TD a modifié, mardi, son avis sur Aimia. L’analyste Brian Morrison suggère désormais l’achat de l’action de l’entreprise montréalaise spécialisée dans les programmes de fidélisation. Il a dit aimer son potentiel en raison du repli du titre, du programme de rachat d’actions et des changements apportés à la composition du conseil d’administration. Le titre a pris 5 % mardi.

***

En se basant notamment sur les évaluations comparables dans le secteur du transport, l’analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, estime que l’action de Bombardier pourrait valoir 3,87 $ si l’entreprise se défaisait de sa division Aviation pour réduire son endettement, racheter la participation de la Caisse de dépôt et concentrer ses activités uniquement dans le transport sur rail.

***

Lightspeed et CGI sont les deux titres technologiques québécois préférés de l’analyste Richard Tse, de la Financière Banque Nationale, pour commencer 2020. Il suggère cependant de suivre aussi Mediagrif. Les activités de Mediagrif sont stables et structurellement intactes, mais l’entreprise est en transition et son titre s’est retrouvé sous pression ces dernières années, souligne-t-il.

***

Les moyennes et petites capitalisations canadiennes sous-performent depuis cinq ans, comme en témoigne la hausse de 3,3 % de la Bourse de croissance TSX en 2019. « La recherche de titres sous-évalués risque d’amener des investisseurs de partout dans le monde à conclure qu’il se trouve de très bonnes valeurs au Canada », souligne le gestionnaire de portefeuille Paul Beattie, de la firme montréalaise BT Global, dans sa lettre financière publiée cette semaine.

***

Les titres québécois de Couche-Tard, Quincaillerie Richelieu, Air Canada, Banque Nationale, Innergex, CGI, Boralex, WSP et iA Groupe financier (ex-Industrielle Alliance) ont atteint cette semaine un autre sommet de la dernière année en Bourse. Bombardier et Neptune ont de leur côté touché un nouveau plancher des 52 dernières semaines.

***

Les professionnels du placement sont nombreux à rappeler à leurs clients ces jours-ci que la date limite pour cotiser à son REER pour 2019 est le 2 mars prochain. Le plafond de cotisation au CELI est de 6000 $ cette année, ce qui porte les droits de cotisation cumulés à 69 500 $. « La façon la plus productive d’accumuler de la richesse pour les Canadiens est de maximiser les contributions REER et CELI », soutient le gestionnaire de portefeuille Charles Marleau, de Gestion Palos.