(New York) Wall Street a reculé mardi, toujours sur ses gardes face aux risques d’escalade militaire entre les États-Unis et l’Iran et malgré des indicateurs jugés rassurants pour l’économie américaine.

Agence France-Presse et La Presse canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones, a reculé de 0,4 %, à 28 583,68 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a cédé 0,03 %, à 9068,58 points, et l’indice élargi S&P 500, 0,3 %, à 3237,18 points.

Les investisseurs ont continué d’évaluer les effets de l’assassinat vendredi d’un puissant général iranien par les États-Unis.

Après la mort du général Qassem Soleimani, le Parlement irakien a en effet adopté une résolution réclamant la fin de la présence de troupes américaines dans le pays, un vote qui a conduit les États-Unis à brandir la menace de sanctions contre Bagdad.

Le président américain, Donald Trump, a par ailleurs menacé dimanche de frapper 52 sites ciblés en Iran si la République islamique attaquait du personnel ou des sites américains en guise de représailles. De son côté, Téhéran a brandi la menace d’une nouvelle réduction de ses engagements dans le cadre de l’accord international sur son programme nucléaire.

« D’un côté, on ne sait toujours pas comment interpréter cette situation avec l’Iran. De l’autre, les données économiques ne peuvent pas être ignorées », observe Chris Low, de FHN Financial.

L’activité dans les services a en effet rebondi plus que prévu en décembre, l’indice non manufacturier s’établissant à 55 % alors que les analystes s’attendaient à une croissance moins soutenue, à 54,3 %.

Le déficit commercial des États-Unis s’est, lui, inscrit en nette baisse en novembre, tombant à son plus bas niveau depuis octobre 2016, sous l’effet d’un nouveau recul des importations en provenance de Chine.

Selon M. Low, cette baisse du déficit commercial, associée à la faible inflation aux États-Unis, est « une recette pour une augmentation des salaires et une croissance des profits ».

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en hausse, s’établissant vers 21 h 20 GMT à 1,823 %, contre 1,809 % la veille à la clôture.

Toronto clôture en hausse

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, mardi, se rapprochant de son sommet record. L’indice de référence du parquet torontois a notamment profité des progressions du secteur des matériaux et de l’or, ce dernier continuant à jouir de son statut de valeur refuge au sein de la communauté des investisseurs.

L’indice composé S&P/TSX a ainsi gagné 62,59 points et terminé la journée avec 17 168,06 points.

Le secteur des matériaux a enregistré le principal gain de la séance, progressant 1,4 %, pendant que celui des technologies de l’information gagnait 1,3 %. Seuls les secteurs de la santé et de l’énergie ont reculé, avec des pertes respectives de 1,1 % et 0,1 %.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 76,87 cents US, en baisse par rapport à celui de 77,10 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a retraité de 57 cents US à 62,70 $ US le baril, tandis que celui de l’or a pris 5,50 $ US à 1574,30 $ US l’once. Le prix du cuivre s’est quant à lui apprécié de 0,35 cent US à 2,79 $ US la livre.