(New York) Les cours du pétrole ont clôturé en hausse mardi, favorisés par un dollar faible et dopés par la validation du plan de relance de l’économie américaine malgré les perspectives peu encourageantes de la demande.

Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a avancé de 0,45 % ou 23 cents à 51,09 dollars.

Le baril américain de WTI pour le mois de février a pris de son côté 0,79 % ou 38 cents à 48,00 dollars.

« Le pétrole semble profiter du passage du plan américain », a résumé Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. « Les prix du brut ont aussi augmenté avec la faiblesse du dollar », a ajouté Ed Moya, également chez Oanda.  

Le président américain Donald Trump a signé dimanche soir un plan de relance économique de 900 milliards de dollars accordant des aides aux ménages et aux petites entreprises du premier pays consommateur de brut au monde.

De plus, la Chambre des représentants, dominée par les démocrates, a voté lundi pour une aide encore plus importante aux foyers américains, mais le Sénat, à majorité républicaine, aura le dernier mot.

Mercredi, le département américain de l’Énergie publie son rapport hebdomadaire sur les stocks américains de brut. Ils devraient être en recul de 3 millions de barils, selon les estimations des analystes.

Par ailleurs, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, dont la Russie, doivent se réunir lundi 4 janvier pour leur réunion mensuelle.

Début décembre, les pays membres avaient décidé d’augmenter leur production, qu’ils limitent volontairement, de seulement 500 000 barils par jour, pour éviter d’inonder le marché avec les 2 millions de barils quotidiens initialement prévus.

Avec la remontée des prix, « la question est de savoir avec quelle vigueur, et à quel rythme, les producteurs vont ouvrir le robinet », prévient Stephen Innes, analyste chez Axi.