(New York) La livre sterling se redressait vendredi après une semaine mouvementée pour la monnaie britannique, certains cambistes voyant un signal positif pour les négociations entre l’UE et le Royaume-Uni dans le départ du conseiller de Boris Johnson, Dominic Cummings.

Agence France-Presse

Vers 15 h, heure de Montréal, la livre gagnait 0,23 % face à l’euro à 89,79 pence pour un euro, et 0,46 % face au dollar américain à 1,3178 dollar pour une livre.

Semaine en montagnes russes

Dans un marché des changes relativement calme, la livre britannique a connu une semaine mouvementée : bondissant mercredi à son plus haut niveau depuis six mois face à l’euro, à 88,66 pence pour un euro, elle a plongé jeudi.

Vendredi, des analystes légèrement déboussolés par ces montagnes russes expliquaient la remontée de la devise britannique par le départ d’abord annoncé par la presse, puis confirmé par une source gouvernementale, de Dominic Cummings, influent et controversé conseiller spécial du premier ministre Boris Johnson et architecte de la campagne pour le Brexit.

« Étant donné l’incertitude qui entoure les négociations sur un accord commercial post-Brexit, les perspectives économiques lugubres et la crise sanitaire qui continue à cause de la COVID-19, si les investisseurs parient sur la livre ce matin c’est qu’ils croient que le départ de M. Cummings renforce les chances d’une rupture moins profonde avec l’UE », a estimé Ricardo Evangelista, analyste chez Activ Trades.

« Peut-être que le départ des architectes du Brexit signifie qu’ils estiment avoir fini leur travail ? », s’est demandé Kit Juckes, analyste chez Société Générale, qui prévoit une forte volatilité de la livre la semaine prochaine sans s’avancer sur la direction que prendra le mouvement.

« Un moment à suivre la semaine prochaine sera la réunion des dirigeants européens jeudi, via vidéoconférence, quoiqu’en l’absence de progrès pour l’instant, il n’est pas évident qu’ils auront un accord sur lequel débattre », ont souligné les analystes de Deutsche Bank.