Le fondateur et grand patron de Lightspeed, Dax Dasilva, n’a jamais caché qu’il souhaitait un jour que les actions du fournisseur montréalais de solutions de commerce électronique bénéficient d’une double inscription et qu’elles puissent se transiger aussi bien sur Wall Street qu’à Bay Street.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Ce moment est arrivé. Tout indique que le titre de Lightspeed sera offert à la Bourse de New York dès vendredi. Dax Dasilva doit même être sur place à New York pour sonner la cloche qui marque l’ouverture des marchés.

Lightspeed rejoindra ainsi d’autres grandes entreprises canadiennes dont les actions sont inscrites à la Bourse de Toronto et à la Bourse de New York. Dans le secteur des technologies, c’est notamment le cas du géant d’Ottawa Shopify et de la montréalaise CGI.

La décision d’inscrire les actions de l’entreprise sur une place boursière américaine de premier plan est prestigieuse, mais elle permet surtout, notamment, un rapprochement avec les investisseurs américains. Les grands fonds d’investissement s’y trouvent, en particulier ceux qui sont friands de technologies liées au paiement électronique.

« Ça permet d’élargir l’actionnariat à un nouveau bassin d’investisseurs », résume une personne au fait du dossier qui ne peut être identifiée, car elle n’est pas autorisée à parler publiquement.

Lightspeed profite de l’occasion d’entrer à la Bourse de New York pour améliorer sa situation financière et bonifier la liquidité de son titre en émettant 10 millions de nouvelles actions. Conjointement à cette opération, la Caisse de dépôt – le plus important actionnaire institutionnel de Lightspeed – liquide 1,65 million d’actions, un bloc d’une valeur approximative de 70 millions de dollars.

Pour la Caisse, le bloc d’actions cédé ne représente qu’un petit pourcentage de sa participation dans l’entreprise. La décision de la Caisse de vendre des actions de Lightspeed a toutes les caractéristiques d’un simple rééquilibrage de portefeuille.

Prix des actions

Le prix d’émission des nouvelles actions – et le prix que la Caisse recevra pour ses titres – ne sera révélé qu’après la fermeture des marchés ce jeudi. Toutefois, un document obtenu par La Presse indique que la taille globale préliminaire de l’opération est de 350 millions US, l’équivalent de près d’un demi-milliard de dollars canadiens.

Il faut donc s’attendre à ce que le prix des actions soit fixé à une quarantaine de dollars canadiens, conforme avec l’escompte appliqué mercredi sur l’action de Lightspeed.

Le titre a perdu 4 % pour clôturer à 40,80 $ à la Bourse de Toronto. L’action est en forte hausse depuis son creux de 10,50 $ atteint en mars dernier dans la tourmente. Lightspeed est à la Bourse de Toronto depuis un peu plus d’un an. L’action avait été inscrite au prix initial de 16 $ en mars 2019.

Si l’appétit des investisseurs pour les actions de Lightspeed le permet, les banquiers chargés de vendre les titres pourront en offrir encore davantage à leurs clients. Un total de 1,75 million d’actions additionnelles, appartenant notamment à certains membres de l’équipe de direction – dont Dax Dasilva – pourront être vendues sur le marché dans le mois suivant la clôture de l’opération menée conjointement avec l’inscription à la Bourse de New York.

Il n’a pas été possible de parler à des dirigeants ou à des actionnaires institutionnels de Lightspeed, mercredi, parce qu’ils étaient tenus au silence en raison de l’opération de financement en cours.