(New York et Toronto) La Bourse de New York a fini dans le rouge mardi, déçue par les résultats trimestriels de McDonald’s et se préparant avec appréhension à ceux d’Alphabet (la maison mère de Google), Apple, Facebook et Amazon.

Agence France-Presse et La Presse canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones a perdu 0,77 % à 26 379,28 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a baissé de 1,27 % à 10 402,09 points.

L’indice élargi S&P 500 a cédé 0,65 % à 3218,44 points.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a rendu 40,01 points pour terminer la journée à 16 121,32 points.

Sept des onze secteurs du parquet torontois ont reculé mardi, en particulier celui de l’énergie, qui a reculé de 3,59 %. Les secteurs de la santé et de l’immobilier ont contrebalancé une partie de ces reculs avec des gains respectifs de 6,81 % et 1,29 %.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 74,78 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 74,75 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a perdu 56 cents US à 41,04 $ US le baril, tandis que celui de l’or a avancé de 13,60 $ US à 1944,60 $ US l’once. Le prix du cuivre s’est emparé de 2 cents US pour terminer à environ 2,92 $ US la livre.

La pluie de résultats trimestriels a continué mardi de s’abattre sur la place new-yorkaise.

Valeur phare du Dow Jones, McDonald’s a perdu 2,49 %. Le géant de la restauration rapide a vu son bénéfice net chuter de 68 % au deuxième trimestre et n’a pas donné de prévision pour l’année, son activité ayant été considérablement réduite par la pandémie partout dans le monde.

Ces chiffres en net repli sont d’autant plus surprenants qu’il s’agit « d’une des entreprises les plus à l’abri des répercussions de la COVID-19, car elle propose de la nourriture à bas prix », observe Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Pfizer, aussi membre de l’indice vedette de Wall Street, est en revanché monté de 3,94 %. Le laboratoire pharmaceutique américain, qui travaille sur un vaccin contre la COVID-19, a légèrement relevé ses prévisions de résultats pour 2020 malgré un chiffre d’affaires lesté au deuxième trimestre par la baisse des prescriptions de certains de ses médicaments et vaccins.

Jeudi, ce sera au tour des quatre géants américains de l’Internet de faire part de leur bilan de santé trimestriel.

Mais auparavant, les patrons d’Alphabet (-1,69 %), Apple (-1,64 %), Facebook (-1,45 %) et Amazon (-1,80 %) devront répondre mercredi aux questions de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, qui enquête sur d’éventuels abus de position dominante de ces entreprises et sur la pertinence des lois antitrust existantes.

Le marché est également resté attentif aux négociations au Congrès sur de nouvelles mesures fédérales d’aide à l’économie.

Les républicains ont présenté lundi un plan d’un montant total d’environ 1000 milliards de dollars et ont entamé des discussions formelles avec les démocrates mardi.

Le plan comprend un nouveau chèque pour les ménages, des prêts supplémentaires pour les petites et moyennes entreprises les plus touchées, et des fonds pour permettre aux écoles de rouvrir.

Les républicains souhaiteraient également que la subvention hebdomadaire que le gouvernement verse aux chômeurs depuis le début de la crise soit réduite à 200 dollars, au lieu de 600 dollars depuis avril. Mais les responsables démocrates à la Chambre des représentants et au Sénat y opposent une fin de non-recevoir.

Les investisseurs se préparaient par ailleurs à la fin de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale mercredi, bien qu’aucune annonce majeure ne soit attendue.

Nouvel objectif pour Kodak

Parmi les autres valeurs du jour, 3M (-4,85 %) a déçu Wall Street, l’augmentation des ventes de masques ou de produits de nettoyage n’ayant pas compensé l’effet de la pandémie de COVID-19 sur ses activités liées au secteur automobile ou aux fournitures de bureau.

L’entreprise Raytheon Technologies (-0,15 %), dont la mégafusion avec United Technologies a été conclue au printemps, s’est réjouie de ses activités dans la défense qui lui permettent de compenser en partie le chaos provoqué par la pandémie dans l’aéronautique civile.

Le titre d’Eastman Kodak s’est lui envolé de plus de 200 %. Le célèbre groupe spécialisé dans la photographie va se lancer dans la fabrication d’ingrédients pour la pharmacie avec l’aide d’un prêt gouvernemental de 765 millions de dollars censé aider à réduire la dépendance des laboratoires américains aux fournisseurs étrangers.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait à 0,5773 % vers 16 h 45 contre 0,6151 % lundi soir.