(New York) La Bourse de New York a terminé dans le vert mardi dans un marché refusant de montrer le moindre signe d’essoufflement et soutenu par les grandes valeurs technologiques.

Agence France-Presse

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average a gagné 0,50 % à 26 155,28 points.  

Le NASDAQ a pris 0,74 % à 10 131,37 points, terminant à un record pour la deuxième séance consécutive.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a gagné 47,85 points pour clôturer la séance avec 15 564,75 points.

L’indice élargi S&P 500 s’est lui apprécié de 0,43 % à 3131,29 points.

Plusieurs géants technologiques, dont Apple (+2,13 %), Amazon (+1,86 %), Facebook (+1,26 %) et Microsoft (+0,67 %), ont vu leurs titres atteindre un plus haut historique.

Apple a particulièrement impressionné au lendemain d’annonces majeures lors de sa conférence annuelle pour les développeurs, dont la décision du groupe de fabriquer ses propres puces pour ses ordinateurs Mac et d’abandonner son partenariat de longue date avec Intel (-0,28 %).

De son côté, Amazon a annoncé mardi la création d’un fonds d’investissement doté de 2 milliards de dollars pour financer des entreprises qui permettront d’arriver à « une économie zéro carbone ».

La place new-yorkaise poursuit donc sa course effrénée vers l’avant, montant de façon quasiment ininterrompue depuis son plongeon fin mars.

« Ceux qui ont parié sur un marché haussier sont en train de gagner », résume Art Hogan de National Holdings, qui met en avant l’amélioration de plusieurs données économiques américaines au cours des dernières semaines.

Dernier exemple en date, les ventes de maisons neuves aux États-Unis ont connu un fort rebond (+16,6 %) en mai et sont également très supérieures à leur niveau de l’an passé, selon les données du département du Commerce publiées mardi.

Toutefois, selon M. Hogan, le marché reste fragile et un repli n’est pas à exclure, notamment si la hausse du nombre de contaminations à la COVID-19-19 causait un ralentissement de la reprise économique aux États-Unis.

« Si on a deux semaines de suite où les cas augmentent de 5 %, je pense que ce marché va appuyer sur la pédale de frein assez rapidement », estime l’expert.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, s’établissant à 0,7118 % vers 20 h 45 GMT contre 0,7085 % lundi soir.

Spirit AeroSystems chute

Parmi les valeurs du jour, T-Mobile US a progressé de 0,53 %. Le japonais SoftBank Group a annoncé mardi son intention de céder la quasi-totalité de sa part de 24 % dans l’opérateur télécom américain via plusieurs transactions qui pourraient peser jusqu’à une trentaine de milliards de dollars au total.  

Starbucks a pris 0,12 %. La chaîne de cafés a ajouté mardi au menu de la plupart de ses enseignes américaines l’« Impossible Breakfast Sandwich », un burger à base de plantes de la start-up végan Impossible Foods.  

American Airlines a perdu 6,17 %. Selon l’agence Bloomberg, la compagnie aérienne, en quête de nouveaux financements, va augmenter le montant de ses actions et titres convertibles qu’elle veut vendre, le faisant passer de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars.

Spirit AeroSystems a dégringolé de 13,34 %. Dans un document déposé auprès du gendarme boursier américain, la SEC, ce gros sous-traitant de Boeing a annoncé qu’il pourrait rompre ses engagements financiers d’ici à la fin de l’année, invoquant l’immobilisation au sol du 737 MAX, dont la production de nouveaux modèles est nettement ralentie, ainsi que la pandémie de COVID-19.