(New York et Toronto) Wall Street a commencé la semaine sur une bonne note lundi et son indice à forte coloration technologique, le NASDAQ, a profité de la bonne santé de plusieurs grandes valeurs, dont Apple et Microsoft, pour finir à un record.

Agence France-Presse et La Presse canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average est monté de 0,59 % à 26 023,45 points.

Le NASDAQ a gagné 1,11 % à 10 056,47 points, dépassant son précédent record du 10 juin.

L’indice a notamment profité de la hausse d’Apple (+2,62 %). Le géant californien a annoncé lundi lors de sa conférence développeurs annuelle qu’il allait construire ses propres puces pour les ordinateurs Mac, mettant fin à un partenariat de longue date avec Intel.  

Microsoft est aussi nettement monté (+2,78 %) et n’a pas été pénalisé en Bourse par l’annonce de la fermeture prochaine de sa plateforme de streaming de jeux vidéo Mixer, qui n’a pas réussi à concurrencer le service Twitch d’Amazon (+1,45 %).

De son côté, le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street s’est apprécié de 0,65 % à 3117,86 points.

L’indice composé de la Bourse de Toronto a pris 42,70 points pour terminer la séance avec 15 516,90 points.

L’Organisation mondiale de la santé a signalé une augmentation record des cas mondiaux d’infections virales dimanche, les cas augmentant dans plusieurs États américains.

Mais l’or, la technologie et les produits de consommation de base n’ont pas suivi les tendances commerciales normales dans la réponse de lundi.

Aux États-Unis, les valeurs technologiques étaient solides pour suggérer une bonne reprise tandis que les compagnies de croisière et les compagnies aériennes ont fait la lecture opposée et ont connu une terrible journée.

« Au Canada, vous avez l’or et les épiceries — qui sont généralement celles qui vont bien lorsque les choses vont mal — mais l’or est en plein essor et les épiceries s’effondrent aujourd’hui, donc c’est un peu épars », a observé Michael Currie, vice-président et conseiller en placement chez Gestion de patrimoine TD.

Selon M. Currie, le virus était définitivement au sommet des radars des gens en ce moment, et il est considéré comme une mesure de la reprise économique.

Le secteur des matériaux a enregistré le meilleur gain du TSX lundi, gagnant 2,8 %. Le prix de l’or a atteint un sommet de deux mois, augmentant de 13,40 $ US à 1766,40 $ US l’once, pendant que celui du cuivre a pris 4,15 cents US à 2,65 $ US la livre.

« Très souvent, lorsque nous voyons que l’or est à son meilleur, ce n’est pas une bonne journée pour les marchés dans l’ensemble », a expliqué M. Currie lors d’une entrevue.

Le secteur des technologies de l’information a avancé de 1,3 % au Canada.

Le secteur de l’énergie a évolué positivement, le pétrole brut ayant dépassé 40 $ US le baril pour atteindre son plus haut niveau en près de quatre mois. Le contrat sur le brut pour livraison en août a augmenté de 90 cents US à 40,73 $ US le baril à New York.

« Les actions des épiciers, généralement stables et sûres, sont au plus bas aujourd’hui, ce qui serait ce qu’on s’attendrait à voir lorsque les gens sont très, très optimistes quant à une reprise, et ce serait le contraire avec l’or », a poursuivi M. Currie.

Il a souligné que ces signaux étaient les plus contradictoires qu’il l’a vu depuis longtemps sur le marché.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 73,83 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 73,60 cents US de vendredi.

« Les investisseurs sont impassibles malgré la hausse pendant le week-end du nombre de cas de coronavirus » dans plusieurs États américains, observe Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.  

« Cela n’a en aucun cas désorienté les marchés », poursuit l’expert.

Si New York, ville la plus touchée par le virus dans le pays, a fait un nouveau pas lundi dans sa sortie du confinement avec la réouverture au public des commerces non essentiels, plusieurs États du Sud et de l’Ouest (Floride, Montana, Nebraska, Oklahoma) enregistrent une flambée du nombre de cas positifs.

Au rang des indicateurs de lundi, les reventes de logements anciens en mai se sont affichées en forte baisse, de 9,7 % par rapport à avril, selon les données de la Fédération nationale des agents immobiliers américains (NAR) publiées lundi.

Cette chute est la conséquence des mesures de confinement des mois précédents, mais un rebond pourrait avoir lieu dès le mois prochain, estime la Fédération.

Le marché suivra avec attention cette semaine des chiffres américains sur les commandes de biens durables, l’inflation, le Produit Intérieur Brut du premier trimestre et les demandes d’allocation chômage.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, s’établissant à 0,7085 % vers 16 h 40 contre 0,6937 % vendredi soir.

Virgin Galatic décolle

Parmi les valeurs du jour, Virgin Galactic s’est envolé de 15,93 %. La compagnie de tourisme spatial a dit lundi avoir signé un accord avec la NASA pour envoyer des particuliers dans la Station spatiale internationale.

La compagnie aérienne American Airlines a reculé de 6,75 % après avoir annoncé dimanche chercher quelque 3,5 milliards de dollars de nouveaux financements, dont 1,5 milliard via la vente d’actions et de titres convertibles, 1,5 milliard via la vente de titres garantis et 500 millions grâce à une ligne de crédit.

Sa concurrente United Airlines, qui pourrait émettre cette semaine quelque 5 milliards de dollars de dette, selon l’agence Bloomberg, a baissé de 0,81 %.

Le géant américain de la viande Tyson Foods a perdu 2,85 %. La Chine a suspendu ses importations de poulet du groupe en raison d’une hausse du nombre de contaminations parmi les employés de l’usine de Springdale, dans l’Arkansas. Tyson Foods a pour sa part assuré maintenir des conditions de travail saines et prendre toutes les précautions nécessaires.