(New York) Les prix du pétrole ont perdu un peu de terrain mercredi après la publication d’un rapport du gouvernement américain faisant état d’un niveau record des stocks de pétrole brut aux États-Unis.

Agence France-Presse

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a fini à 40,71 dollars à Londres, en baisse de 0,6 % ou 25 cents par rapport à la clôture de mardi.

À New York, le baril américain de WTI pour le mois de juillet a cédé 1,1 % ou 42 cents, à 37,96 dollars.

Avec une hausse de 1,2 million de barils (MB), bien plus que ce qu’attendaient les analystes, les réserves américaines de brut se sont établies à 539,3 MB au 12 juin, selon un rapport hebdomadaire diffusé mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’Énergie (EIA).  

Il s’agit de leur plus haut niveau jamais atteint.

La production américaine de pétrole a en revanche enregistré sa onzième semaine de baisse d’affilée en s’établissant à 10,5 mbj, soit son plus bas niveau depuis mars 2018.

« Les stocks de brut ont réussi à monter alors même que la production a chuté de 600 000 barils en réponse aux risques de tempête tropicale », note Bart Melek de TD Securities.

Les forages avaient atteint leur plus haut historique mi-mars à 13,1 mbj. Mais la chute de la consommation liée à la pandémie de COVID-19 et aux mesures prises pour l’endiguer a poussé les producteurs américains à ralentir leurs activités.

Le risque d’une deuxième vague d’infections au coronavirus, avec des nouvelles peu rassurantes de Chine, continue par ailleurs à faire pression sur la consommation d’or noir et donc sur les prix.

La situation épidémique à Pékin est jugée « extrêmement grave » par les autorités : au total, 137 personnes ont été contaminées depuis la semaine dernière dans la mégapole de 21 millions d’habitants.

Ce rebond du nombre d’infections, centré autour du marché géant de Xinfadi, dans le sud de la capitale, a poussé les autorités aéroportuaires à annuler plus d’un millier de vols au départ et à l’arrivée des deux aéroports de Pékin. Les habitants de la capitale sont invités à reporter tout voyage non essentiel.