(Toronto) Les actions de la Compagnie de la Baie d’Hudson (HBC) ont été brièvement suspendues mardi matin à la Bourse de Toronto après que l’activité volatile de négociation eut déclenché un mécanisme de sécurité réglementaire.

La Presse canadienne

L’arrêt de la négociation a été annoncé à 9 h 52 au déclenchement d’un coupe-circuit adopté afin d’assurer l’équité du marché, selon l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières.

Les actions de HBC ont ouvert à une valeur de 8,38 $ et ont rapidement atteint 10,09 $, un gain de plus de 22 % par rapport au cours de clôture de la séance précédente, avant de retomber à 9,40 $.

Les activités sur les actions de la société ont repris à 9 h 57 et le titre se situait à 9,87 $ en début d’après-midi. Il a clôturé à 9,88 $, en hausse de 20,93 % par rapport au cours de clôture de la séance précédente.

HBC est au cœur d’une bataille de procuration de plusieurs mois entre un groupe dirigé par le président exécutif Richard Baker et un groupe d’actionnaires dissident qui s’oppose au plan de M. Baker de privatiser la société.

Catalyst Capital Group, un actionnaire minoritaire qui contrôle environ 17,5 % des actions ordinaires de HBC, a récemment lancé une audience de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (OSC) visant à bloquer l’offre dirigée par M. Baker ou à obliger le détaillant à modifier sa circulaire. Catalyst a allégué que HBC avait fait plusieurs fausses déclarations dans les documents.

HBC a reporté le 16 décembre un vote des actionnaires sur une offre de prise de contrôle de M. Baker pour 10,30 $ par action après que la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario eut statué que HBC devait modifier la circulaire, tandis que Catalyst menaçait de « prendre des mesures supplémentaires » si le détaillant ne reconsidérait pas son offre de 11 $ par action.

La société recommande aux actionnaires d’approuver la transaction.