(New York) La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi et emporté les indices NASDAQ et S&P 500 à de nouveaux records, les investisseurs misant sur l’officialisation imminente d’un accord commercial entre Washington et Pékin.  

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones, a progressé de 0,8 % à 28 132,05 points.  

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 0,7 % à 8717,32 points et l’indice élargi S&P 500 de 0,9 % à 3168,57 points.

Les indices ont profité dès le début de la séance d’un tweet du président américain Donald Trump affirmant que Washington et Pékin étaient sur le point de parvenir à un accord commercial.

Après s’être un peu repliés, ils ont repris de l’élan en deuxième partie de séance quand l’agence Bloomberg a affirmé que les négociateurs américains et chinois étaient parvenus à un accord commercial qui ne manquait plus que d’être approuvé par le locataire de la Maison-Blanche.  

« L’élément le plus important est d’une part, qu’on n’aura pas de nouvelles taxes à l’importation dimanche et que, cerise sur le gâteau, certaines taxes déjà en œuvre pourraient apparemment être abaissées », a souligné Karl Haeling de LBBW.  

Washington et Pékin se livrent depuis près de deux ans un bras de fer qui se traduit par l’imposition mutuelle de droits de douane supplémentaires. L’administration américaine avait prévenu qu’elle pourrait mettre en œuvre dimanche une nouvelle salve de tarifs douaniers de 10 % sur les quelque 160 milliards de dollars de biens chinois qui n’avaient pas encore été surtaxés.

Boeing tancé par la FAA

Les indices de Wall Street n’ont toutefois pas complètement décollé « car on nous a déjà annoncé par deux fois qu’un grand accord avait été conclu avant de le voir imploser à peine quelques jours plus tard », a relevé M. Haeling.  

Il sera à cet égard important de voir selon lui les détails du compromis, « non pas tant pour en estimer les retombées économiques mais pour voir quels ont été les équilibres politiques ayant pu y mener », a-t-il avancé.  

« En fonction, on pourra peut-être estimer la probabilité que l’accord soit rompu ou non et la probabilité que Donald Trump décide ou non d’ici 30, 60 ou 90 jours d’imposer de nouvelles taxes », a ajouté le spécialiste.  

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine était en hausse, s’établissant vers 21 h 35GMT à 1,896 % contre 1,791 % mercredi à la clôture.

Au rang des indicateurs, les demandes d’allocation chômage sont montées à leur plus haut en deux ans avec 252 000 demandeurs pour la première semaine de décembre, selon les chiffres hebdomadaires du département du Travail.

Ces données ont surpris les analystes, surtout après les bons chiffres du marché de l’emploi en novembre qui ont vu les embauches bondir de 266 000 et le taux de chômage retomber à son plus faible niveau en un demi-siècle (3,5 %).

Parmi les valeurs, Southwest est monté de 0,91 %. La compagnie aérienne, première cliente du 737 MAX, a annoncé avoir conclu « récemment » un accord confidentiel avec Boeing (-1,06 %) devant compenser en partie les pertes financières liées au fait que l’appareil est cloué au sol depuis mars.

Le constructeur aéronautique s’est par ailleurs vu sommé par l’autorité de l’aviation civile américaine (FAA) de faire preuve de réalisme sur le calendrier de retour en vol du 737 MAX.  

Delta Air Lines s’est apprécié de 2,92 % après avoir dévoilé de nouvelles prévisions pour 2020.

Fiat Chrysler a progressé de 2,58 %. Le syndicat américain UAW a annoncé mercredi avoir approuvé un accord avec le constructeur automobile de Detroit pour une revalorisation des salaires.

Lululemon a reculé de 3,74 %. Le fabricant de vêtement de yoga a publié des résultats meilleurs que prévu, mais ses prévisions pour le trimestre en cours ont déçu les analystes.

Toronto clôture aussi en hausse

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a avancé de 7,29 points pour terminer la séance avec 16 946,90 points.

Six des onze secteurs du parquet torontois ont avancé, en particulier ceux de la santé et de l’énergie, qui ont respectivement grimpé de 5,6 % et 2,1 %. Le recul le plus prononcé a été celui du secteur des biens de consommation de base, qui a atteint 1,9 %.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 75,86 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 75,75 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 42 cents US à 59,18 $US le baril, tandis que celui de l’or a rendu 2,70 $US à 1472,30 $US l’once. Le prix du cuivre s’est quant à lui apprécié de 0,7 cent US à 2,80 $US la livre.