Le gestionnaire d’actifs montréalais Van Berkom & Associés continue de s’intéresser à des entreprises de Québec inc. dépréciées en Bourse. Il s’installe maintenant en force au capital-actions de Logistec.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Van Berkom vient de déclarer aux autorités boursières avoir entrepris le mois de novembre avec une participation de 11,8 % en actions de catégorie B dans l’entreprise montréalaise de services maritimes et environnementaux.

Cette position fait désormais de Van Berkom le deuxième actionnaire institutionnel en importance chez Logistec, derrière la firme d’investissement albertaine QV Investors (16 %) et tout juste devant la Caisse de dépôt et placement du Québec (9 %). Le plus important actionnaire de Logistec demeure évidemment le holding privé de la famille Paquin, principal détenteur des actions de catégorie A.

Logistec n’est pas la seule entreprise québécoise dans laquelle Van Berkom vient de s’installer en tant qu’important actionnaire. Depuis trois mois, l’entreprise a déclaré des participations supérieures à 10 % dans le producteur de jus Lassonde ainsi que dans le producteur de métaux spéciaux 5N Plus.

Action en perte de valeur

L’action de Logistec a perdu le tiers de sa valeur depuis son sommet de juillet 2018. Les titres de Lassonde et 5N Plus ont aussi beaucoup reculé en Bourse depuis deux ans.

INFOGRAPHIE LA PRESSE

« Nous n’avons pas l’habitude de commenter nos décisions de placement, mais ces investissements répondent a nos critères », souligne Benoit Durand, associé, vice-président et gestionnaire de portefeuille principal, actions canadiennes à petite capitalisation boursière, chez Van Berkom.

« Nous estimons que ces entreprises sont bien gérées, ont un bilan solide, des perspectives à long terme intéressantes et une évaluation attrayante qui peut potentiellement doubler sur un horizon de cinq ans », précise-t-il en entrevue téléphonique.

Logistec a publié la semaine dernière la performance financière de son trimestre estival. Si les revenus de la période ont augmenté de 6 %, à 195 millions, les bénéfices, eux, ont reculé.

La direction explique notamment la baisse de rentabilité par un volume d’affaire attribuable à des activités nécessitant plus de main-d’œuvre.

« Optimiste »

Il n’a pas été possible lundi de parler à la PDG Madeleine Paquin, puisqu’elle est en déplacement, nous a-t-on indiqué. Dans le communiqué accompagnant les plus récents résultats financiers de Logistec, Madeleine Paquin se disait « optimiste » quant aux perspectives pour le reste de l’année.

Nous anticipons de bons résultats dans notre secteur des services maritimes. Les activités de notre secteur des services environnementaux devraient s’intensifier au fur et à mesure que progresseront les projets de restauration de sites au cours des prochains mois.

Madeleine Paquin, PDG de Logistec, dans le communiqué accompagnant les plus récents résultats financiers de l’entreprise

Logistec a historiquement assuré sa croissance grâce à l’acquisition de petites entreprises de manutention de marchandises indépendantes.

Logistec a pour objectif de devenir un fournisseur privilégié de services de manutention de marchandises en Amérique du Nord. 

Les occasions de croissance par acquisitions aux États-Unis sont importantes pour Logistec parce que le marché est desservi par un « certain nombre de petites entreprises indépendantes qui œuvrent localement ».

Logistec exerce ses activités dans plus de 34 ports et 60 terminaux.

Logistec en bref

Siège social : Montréal
Année de fondation : 1952
Activités : services maritimes et environnementaux
Fondateur : Roger Paquin
Nombre d’employés : 2700
Année d’entrée en Bourse : 1969
Bourse : Toronto
Symboles boursiers : LGT.A et LGT.B
PDG : Madeleine Paquin
Capitalisation boursière : 500 millions
Chiffre d’affaires : 585 millions
Profits en 2018 : 18 millions