(New York) Le Dow Jones et le NASDAQ, deux grands indices de la Bourse new-yorkaise, ont franchi mardi un nouveau record, au terme d’une séance marquée par l’optimisme sur le front commercial et un indicateur rassurant pour l’économie américaine.

Agence France-Presse

Selon des résultats provisoires à la clôture, le Dow Jones a progressé de 0,11 %, à 27 493,28 points, et le NASDAQ, à forte coloration technologique, a grappillé 0,03 %, à 8435,72 points. L’indice élargi S&P 500 a, en revanche, cédé 0,11 %, à 3074,87 points.

Wall Street avait progressé lundi, entraînée par un regain d’optimisme sur le commerce : le Dow Jones (+0,42 %), le NASDAQ (+0,56 %) et le S&P 500 (+0,37 %) avaient tous terminé à un niveau record.

Le climat restait globalement optimiste mardi, alors que plusieurs déclarations de responsables américains ces derniers jours ont laissé entendre qu’un accord commercial partiel entre les États-Unis et la Chine pourrait être signé dans les prochaines semaines.

« Les investisseurs se sont montrés plus positifs récemment grâce à des signes d’avancées dans la guerre commerciale, ce qui calme l’un des principaux vents contraires qui soufflent sur les marchés à l’approche de la fin de l’année », avance Art Hogan de National.

« À cela, s’ajoutent des résultats trimestriels solides et un rebond dans les attentes de croissance, ce qui redonne de l’appétit pour le risque », poursuit l’expert.

Plus de trois quarts des entreprises du S&P 500 ont déjà fait part de leurs résultats, un grand nombre d’entre elles ayant dépassé les attentes des analystes.

Uber ne rassure pas

Au rang des indicateurs, le déficit commercial des États-Unis s’est fortement réduit en septembre, sous l’effet notamment d’une diminution des importations de biens en provenance de Chine.

Le solde des échanges des biens et services s’est établi à-52,45 milliards de dollars, soit 4,7 % de moins qu’en août.

« Le déficit avance dans la bonne direction et est interprété comme un facteur positif, même s’il ne reflète pas une hausse de la demande mondiale », commente Patrick O’Hare de Briefing.

La croissance de l’activité dans les services aux États-Unis a elle connu un net rebond en octobre, dépassant les attentes après être tombée à son plus faible niveau en trois ans en septembre, selon l’association professionnelle ISM.

L’indice non manufacturier s’est établi à 54,7 %, s’inscrivant 2,1 points de pourcentage au-dessus de son niveau du mois de septembre. Les analystes s’attendaient à une croissance moins soutenue, à 53,3 %.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine s’établissait à 1,853 %, en nette hausse par rapport à la clôture de la veille (1,777 %).

Parmi les valeurs, le spécialiste américain des matériaux composites Arconic a affiché mardi un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes malgré un chiffre d’affaires un peu décevant. Son titre montait de 1,29 %.

Uber chutait de 7,14 %. La plateforme de réservation de voitures avec chauffeur (VTC), qui peine à rassurer les investisseurs, a perdu 1,2 milliard de dollars au troisième trimestre, soit près de 200 millions de plus que l’année dernière.  

La jeune entreprise spécialisée dans les vélos et tapis de course d’intérieur Peloton lâchait 6,26 % après avoir fait état d’une perte nette dans ses premiers résultats depuis son entrée en Bourse fin septembre.

La chaîne de hamburgers Shake Shack s’effondrait de plus de 19 % après avoir affiché des résultats jugés décevants.

Xerox montait de 5,34 % après avoir annoncé la cession pour 2,3 milliards de dollars à Fujifilm de la part résiduelle de 25 % du groupe américain dans leur coentreprise de reprographie Fuji Xerox.  

Fujifilm a aussi renoncé à sa demande de dommages-intérêts contre la firme américaine après l’échec de leur projet de fusion.