(New York) Wall Street a terminé en légère baisse lundi, les acteurs financiers restant prudents sur l’avancée des négociations commerciales sino-américaines après un regain d’optimisme sur le sujet en fin de semaine dernière.

Agence France-Presse

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 0,11 % à 26 787,36 points.  

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a lâché 0,10 % à 8048,65 points et l’indice élargi S&P 500 a reculé de 0,14 % à 2966,15 points.  

Les principaux indices de Wall Street avaient progressé la semaine dernière, portés notamment par la confirmation vendredi par Donald Trump d’un accord partiel entre les deux premières économies mondiales à l’issue de deux jours de négociations à Washington.

Le président américain avait notamment annoncé que la Chine s’était engagée à acheter des biens agricoles pour 40 à 50 milliards de dollars.  

Mais les investisseurs restaient sur leurs gardes lundi, réagissant notamment à des informations de l’agence Bloomberg selon lesquelles Pékin souhaite poursuivre les pourparlers avant de signer cet accord.

« Si on avait de vrais doutes, les marchés seraient beaucoup moins bien orientés. Ils continuent quand même à vivre de l’espoir d’un accord », observe Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

Toutefois, l’expert estime que « ce qui aurait été idéal aurait été d’enlever cette crainte de nouveaux tarifs à partir du 15 décembre. »

Des tarifs douaniers de 15 % concernant des produits de grande consommation en provenance de Chine doivent en effet entrer en vigueur en décembre.

« La possibilité de nouveaux tarifs serait très dommageable pour le consommateur américain et pour l’économie américaine », précise M. Volokhine.

Remous chez Boeing

Les investisseurs se préparaient par ailleurs cette semaine à la publication des résultats du troisième trimestre des entreprises de la cote new-yorkaise.

Plusieurs grandes banques américaines feront ainsi état de leurs résultats mardi, dont Goldman Sachs, Wells Fargo, J. P. Morgan Chase et Citigroup.

Netflix et IBM se livreront à cet exercice mercredi.

Le marché obligataire américain était lui fermé lundi pour cause de jour semi-férié aux États-Unis.

Au rang des valeurs, Boeing a cédé 0,46 %. Les fonctions du patron de l’avionneur, Dennis Muilenburg, ont été allégées pour lui permettre de se concentrer pleinement sur la crise du 737 MAX cloué au sol depuis mi-mars.

M. Muilenburg, qui a perdu sa casquette de président du conseil d’administration, pourrait être poussé vers la sortie, selon des experts.

General Motors a reculé de 0,20 %. Les négociations entre le constructeur automobile et le puissant syndicat UAW ont repris lundi pour tenter de mettre fin à une grève qui paralyse la production de GM aux États-Unis depuis le 16 septembre, a-t-on appris de sources concordantes.

Facebook a perdu 0,49 %. Visa, Mastercard, eBay et Stripe ont annoncé vendredi qu’ils se retiraient de Libra, le projet controversé de monnaie numérique que souhaite lancer le réseau social mi-2020.

SmilesDirectClub a dégringolé de 12,85 % après la signature par le gouverneur de Californie d’un texte de loi visant à protéger les consommateurs achetant des produits d’orthodontie en ligne. Depuis son entrée à Wall Street en septembre, le spécialiste du redressement et du blanchiment des dents s’est effondré de près de 60 %.