Les marchés boursiers nord-américains ont rebondi mercredi, après deux séances de pertes consécutives, encouragés par les signes d’ouverture de la Chine vis-à-vis d’une éventuelle entente partielle, malgré certaines décisions agressives de la part des États-Unis à l’approche des négociations prévues jeudi.

Agence France-Presse, La Presse canadienne

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a avancé de 85,92 points pour terminer la journée avec 16  379,87 points.

Huit des onze grands secteurs du parquet torontois ont avancé, en particulier ceux de l’industrie, des technologies de l’information, de la consommation discrétionnaire et de la finance.


L’indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, s’est apprécié de 0,70 %, à 26  346,01 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a gagné 1,02 %, à 7903,74 points et l’indice élargi S&P 500 est monté de 0,91 % à 2919,40 points.

Le gouvernement américain avait élargi mardi sa liste noire commerciale pour y inclure les nouvelles entreprises en intelligence artificielle, dans le but de dénoncer le traitement des minorités musulmanes par la Chine.

« Alors aujourd’hui, je pense que les gens se calment un peu et espèrent une meilleure action sur le dossier des transactions commerciales. Nous devrions commencer à recevoir des nouvelles probablement plus tard aujourd’hui ou demain », a estimé Mike Archibald, gestionnaire de portefeuille adjoint chez Placements AGF.

Le marché a pris du mieux après la publication d’articles laissant entendre que la Chine serait ouverte à un accord partiel. Cela concernerait principalement des points sur lesquels les deux parties se sont déjà entendues, notamment au sujet d’une augmentation des achats de produits agricoles par la Chine, a expliqué M.  Archibald. Cependant, les principaux points ne sont toujours pas résolus, notamment pour ce qui concerne les transferts de propriété intellectuelle et la manière de faire respecter l’accord.

« Cette information a été diffusée et ne devrait donc pas représenter une nouvelle pour les investisseurs, même s’il semble que tout le monde est extrêmement sensible à tout ce qui apparaît dans le dossier commercial de la Chine, d’heure en heure. »