(New York) Wall Street a clôturé en baisse lundi, lestée par les inquiétudes liées à l’envolée des prix du pétrole après des attaques contre des installations en Arabie saoudite.

Agence France-Presse

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a lâché 0,52 %, à 27 076,82 points, après huit séances de hausse consécutives.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a reculé de 0,28 %, à 8153,54 points, et l’indice élargi S&P 500 a cédé 0,31 %, à 2997,96 points.

Les prix du pétrole ont grimpé en flèche lundi en réaction à deux attaques d’envergure menées contre des sites pétroliers saoudiens pendant le week-end, qui ont causé une chute de moitié de la production du royaume, à hauteur de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6 % de l’approvisionnement mondial.

Le baril de référence sur le marché mondial, le Brent de la mer du Nord coté à Londres, a bondi de 14,6 %, sa plus forte progression depuis que le contrat a été formalisé en 1988. Le baril de WTI, référence du brut à New York, a grimpé de 14,7 %.  

« Un tel mouvement des cours du pétrole crée de l’anxiété sur les marchés », a souligné Nate Thooft, de Manulife Asset Management.

Mais, selon l’expert, « le repli est finalement assez léger. Quand des événements aussi importants se sont produits au Moyen-Orient dans le passé, on a vu des réactions bien plus importantes ».

« Cela indique que le marché se concentre sur d’autres sujets qui lui semblent plus importants, comme les perspectives de croissance ou les décisions liées à la guerre commerciale », a poursuivi M. Thooft.  

Grève à General Motors

Certains secteurs ont toutefois souffert de la montée soudaine des prix pétroliers et des incertitudes que celle-ci fait peser sur l’économie mondiale.

Les transporteurs aériens American Airlines (-7,3 %), United (-2,8 %) et Delta (-1,6 %) ont ainsi fait partie des principaux perdants de la séance de lundi.

Plusieurs grandes banques américaines comme Goldman Sachs (-1,2 %), Citigroup (-0,8 %) et Morgan Stanley (-0,9 %) ont reculé, lestées par le repli des taux sur le marché obligataire. Le rendement à 10 ans sur la dette américaine était de 1,847 % vers 16 h 40, contre 1,896 % vendredi à la clôture.

Les majors pétrolières ont en revanche vu leurs titres nettement progresser : Marathon Oil Corp a gagné 11,6 %, Occidental 6 % et ExxonMobil 1,7 %.

Le sous-indice représentant le secteur de l’énergie au sein du S&P 500 a grimpé de 3,3 %.

Les acteurs du marché gardent par ailleurs un œil attentif sur la décision de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui pourrait annoncer une nouvelle baisse de ses taux directeurs mercredi, à l’issue de son comité de politique monétaire.

« Le marché s’attend à une diminution d’un quart de point de pourcentage et, au minimum, à une autre baisse d’un quart de point avant la fin de l’année », a rappelé M. Thooft.

Fin juillet, la Fed a abaissé ses taux au jour le jour de 0,25 % pour la première fois depuis 2008, ces derniers s’établissant dans une fourchette comprise entre 2 % et 2,25 %.

Parmi les autres valeurs du jour, General Motors a reculé de 4,3 %. Le géant automobile de Detroit est confronté à la grève de dizaines de milliers de ses salariés, une première depuis 2007, alors que les négociations salariales entre le syndicat et la direction sont dans l’impasse.