(New York) Wall Street a clôturé en forte hausse jeudi, poussée par l’annonce d’une rencontre bilatérale le mois prochain entre Washington et Pékin sur les questions commerciales et par des indicateurs économiques américains jugés encourageants.  

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

L’indice vedette de la cotation new-yorkaise, le Dow Jones, a grimpé de 1,41 %, à 26 728,15 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a pris 1,75 %, à 8116,83 points,  et l’indice élargi S&P 500 a gagné 1,30 %, à 2976,00 points.

Négociateurs chinois et américains se rencontreront « début octobre » à Washington pour de nouvelles négociations commerciales, a indiqué jeudi le ministère chinois du Commerce.

Ces discussions bilatérales auraient dû se tenir ce mois-ci, à une date non précisée, mais ont été décalées en raison de nouvelles surtaxes réciproques, entrées en vigueur le 1er septembre.

« Des sources crédibles ont laissé entendre qu’il pourrait y avoir de véritables avancées cette fois-ci », a indiqué Peter Cardillo de Spartan Capital Securities.  

« Ça ne veut pas dire qu’il y aura un accord, mais l’une des perspectives est la poursuite du dialogue, peut-être même jusqu’à l’année prochaine, et une éventuelle trêve », a ajouté M. Cardillo.

Selon l’expert, cela pourrait passer par une suspension des tarifs douaniers réciproques que les deux premières économies mondiales s’infligent.

Des droits de douane supplémentaires frappant des milliards de dollars de produits chinois sont entrés en vigueur dimanche aux États-Unis.  

Pékin a rétorqué en augmentant des tarifs douaniers sur 75 milliards de dollars de biens américains en deux temps, avec une première échéance à la même date du 1er septembre.

Altice USA lance son offre mobile

Les acteurs du marché ont par ailleurs réagi à plusieurs indicateurs économiques jugés encourageants.

L’activité dans les services aux États-Unis a rebondi en août, après avoir ralenti en juin et juillet et touché son plus bas niveau en trois ans, a annoncé jeudi l’association professionnelle ISM.

Le secteur privé américain a, lui, créé 195 000 nouveaux emplois le mois dernier, un chiffre bien supérieur aux attentes des analystes, selon l’enquête mensuelle d’ADP publiée jeudi.

Les chiffres officiels de l’emploi seront publiés vendredi.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine bondissait à 1,565 % vers 16 h 20 contre 1,466 % la veille à la clôture, symbole d’un appétit retrouvé des investisseurs pour les actifs réputés plus risqués.  

Sur le front des valeurs, Goldman Sachs a gagné 2,6 %. La banque américaine négocie le départ d’ici la fin de l’année d’une douzaine de ses dirigeants, dont Elisha Wiesel, le fils de l’ancien prix Nobel de la Paix Elie Wiesel, d’après une source proche du dossier confirmant les informations du Wall Street Journal.

Altice USA, filiale américaine de l’empire des médias et télécoms du magnat français Patrick Drahi, est montée de 1,9 % après le lancement jeudi de sa propre offre de mobile aux États-Unis.

General Motors s’est apprécié de 2,3 % au moment où ont débuté des négociations salariales particulièrement sensibles avec le puissant syndicat de l’automobile UAW. Jeudi, la directrice générale du constructeur automobile Mary Barra a rencontré Donald Trump à la Maison-Blanche.

L’action du laboratoire Mallinckrodt, mis en cause dans la crise des opiacés, s’est effondrée de près de 39 %. D’après une source confidentielle confirmant un article de Bloomberg, l’entreprise a recruté un cabinet d’avocats pour explorer ses options en cas de dépôt de bilan.  

Toronto clôture en hausse

La Bourse de Toronto a clôturé jeudi à son plus haut niveau en six semaines, soutenus par de nouveaux espoirs d’entente commerciale entre les États-Unis et la Chine et un amoindrissement des craintes de récession.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 125,97 points pour terminer la séance à 16 574,81 points. Ce gain place l’indice de clôture à son plus haut niveau de clôture depuis le 24 juillet — et à moins de 100 points de son sommet historique.

« Les investisseurs se réjouissent donc de ce répit aujourd’hui et les actifs risqués progressent largement sur les marchés boursiers mondiaux, mais aussi sur ceux des produits de base », a observé Candice Bangsund, gestionnaire de portefeuille pour Fiera Capital.

« Les chiffres que nous avons vus aujourd’hui ont vraiment renforcé l’idée que l’économie américaine reste en très bonne santé et que les craintes de récession sont largement injustifiées », a estimé Mme Bangsund.

De solides données économiques pourraient convaincre la Réserve fédérale de ne pas réduire ses taux d’intérêt davantage en septembre, a-t-elle ajouté.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 75,60 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 75,40 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 4 cents US à 56,30 $ US le baril, tandis que celui de l’or a cédé 1 cent US à 2,44 $ US l’once. Le prix du cuivre a pour sa part bondi de 4,7 cents US à 2,64 $ US la livre.