(Tokyo) Les Bourses asiatiques ont continué de nettement reculer lundi, toujours inquiètes face à la recrudescence depuis plusieurs jours de la guerre commerciale sino-américaine et de ses retombées potentielles sur l’économie mondiale.

Agence France-Presse

Au Japon, l’indice vedette Nikkei a terminé en repli de 1,74 % à 20 720,29 points. Ses pertes ont dépassé les 2,5 % à la mi-journée, avant de se réduire quelque peu en fin de séance. L’indice élargi Topix a abandonné quant à lui 1,8 % à 1505,88 points.

« Les tensions qui s’intensifient entre les États-Unis et la Chine répandent sur les marchés la peur d’une aggravation de la situation économique mondiale », a commenté pour l’AFP Masayuki Kubota, de Rakuten Securities.

En Chine, l’indice composite de la Bourse de Shanghai a abandonné 1,62 % à 2821,50 points sur la séance. Celui de la Bourse de Shenzhen a glissé de 1,47 % à 1517,27 points.

Aux inquiétudes concernant la guerre commerciale s’ajoutent à Hong Kong celles liées à la grave crise politique locale qui ne cesse de croître : l’indice boursier hongkongais, le Hang Seng, a ainsi chuté lundi de 2,85 % à 26 151,32 points, alors que se tenait une journée de grève générale marquée par de nouveaux heurts entre manifestants pro-démocratie et la police.

Du côté des valeurs

• NISSAN DÉGRINGOLE L’action du constructeur d’automobiles Nissan a lâché lundi 4,31 % à 661,9 yens. Selon le quotidien américain Wall Street Journal, le groupe est en train de renégocier avec son partenaire français Renault les termes de leur alliance afin d’éventuellement rouvrir la porte à des négociations de fusion du constructeur au losange avec l’italien Fiat.

• ELECTRONIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES EN SOUFFRANCE Les valeurs électroniques et des nouvelles technologies japonaises ont également souffert : le groupe de télécommunications mobiles et de services en ligne Softbank Group a perdu 3,48 % à 5356 yens, Nintendo a cédé 2,38 % à 39 330 yens et Sony 2,85 % à 5771 yens.

Hausse du yen, reflux du pétrole

Tandis que le yuan chinois est tombé à son plus bas niveau depuis 2008, la monnaie japonaise, valeur refuge traditionnelle pour les investisseurs, a connu une nouvelle poussée lundi : un dollar s’échangeait pour 106 yens vers 9 h 30 GMT (5 h HE), contre 107,05 yens vendredi au moment de la fermeture de la Bourse de Tokyo. Un euro valait 118,21 yens, contre 118,68 yens vendredi.

L’euro était quasi stable face au dollar, s’échangeant à 1,1146 dollar lundi vers 9 h 30 GMT contre 1,1111 dollar vendredi après la fermeture des marchés américains.

Les cours du pétrole refluaient vivement : vers 9 h 20 GMT le baril américain de WTI baissait de 1,51 % par rapport à son cours de clôture vendredi à New York (-84 cents à 54,82 dollars), tandis que le prix du baril de Brent de la mer du Nord descendait à 61,08 dollar (-1,31 %, ou-81 cents).