(New York, Toronto) Le NASDAQ et le S&P 500, dopés par les résultats supérieurs aux attentes de Google et la fusion entre Sprint et T-Mobile, ont battu leur record mercredi à Wall Street.  

Agence France-Presse, La Presse canadienne

L’indice vedette de la Bourse new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,2 % pour finir à 27 192,45 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a pris 1,1 % à 8330,21 points, un niveau jamais atteint.

L’indice élargi S&P 500 a pris 0,7 % pour clôturer à 3025,85 points, lui aussi à un record.

NASDAQ et S&P 500 avaient déjà franchi leur plus haut niveau mercredi après une salve de résultats trimestriels jugés encourageants.

Hier, Alphabet, la maison mère de Google, a vu son titre bondir de 9,6 %, alors que le géant des moteurs de recherche a dégagé un bénéfice net de près de 10 milliards de dollars au deuxième trimestre.

L’action de Starbucks a grimpé de 8,9 % après la publication par le géant américain du café à emporter de chiffres dépassant les attentes.

Les investisseurs accueillaient également avec enthousiasme la méga-fusion de 26 milliards US entre les opérateurs de téléphonie Sprint et T-Mobile, approuvée vendredi par le ministère américain de la Justice.

Le nouveau groupe promet une large couverture du territoire en technologie 5G, sous certaines conditions de désinvestissement. Le titre de Sprint a gagné 7,4 % et celui de T-Mobile 5,4 %.

Menaces de Trump

Par ailleurs, les marchés ne semblaient pas particulièrement affectés par les menaces de rétorsion commerciale de Donald Trump à l’encontre de la France et de certains membres de l’Organisation mondiale du commerce.

Le président américain s’en est pris à son homologue français Emmanuel Macron, dénonçant sa « stupidité » et menaçant de taxer le vin français en représailles à l’imposition d’une taxe française sur les géants américains de la tech.

Donald Trump a par ailleurs sommé l’OMC de régler le problème des pays membres qui, selon les États-Unis, usurpent leur statut de pays en développement pour en tirer un avantage économique, à commencer par la Chine.

« Je ne crois pas qu’il s’agisse d’une nouvelle escalade » entre Washington et Pékin, a jugé Art Hogan de National Holdings.

Les principaux négociateurs commerciaux américains et chinois doivent se retrouver la semaine prochaine à Shanghai pour la première réunion de ce genre depuis l’arrêt des discussions entre les deux pays début mai.

Les marchés mondiaux étaient aussi dans l’attente de la décision de la Réserve fédérale américaine, qui devrait annoncer une baisse de ses taux directeurs à l’issue de la réunion de son Comité monétaire les 30 et 31 juillet.

« Trois questions devraient retenir l’attention des marchés la semaine prochaine : les négociations commerciales avec la Chine, la décision de la Fed et les résultats des entreprises », a résumé M. Hogan.

Sur la semaine le Dow Jones a gagné 0,1 %, le NASDAQ 2,3 % et le S&P 500 1,7 %.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, dans le cadre d’une reprise généralisée alimentée, notamment, par le rebond de l’action de CannTrust Holding.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 42,84 points pour terminer la séance à 16 531,04 points. Sur l’ensemble de la semaine, il a cumulé un gain de 45,10 points.

L’action de CannTrust a pris plus de 16 % dans la foulée de l’annonce du départ de son chef de la direction et de son président du conseil, alors que le producteur de cannabis doit composer avec des allégations d’activités illicites.

Cependant, les titres d’autres producteurs de cannabis ont enregistré des reculs vendredi, forçant le secteur de la santé à enregistrer une baisse de 0,2 %.

Le secteur de l’énergie a lui aussi perdu des plumes, soit 0,8 %, en raison des inquiétudes persistantes sur la croissance économique.

La plupart des autres secteurs du TSX ont avancé, en particulier ceux des biens de consommation de base, des technologies de l’information et de l’industrie, qui ont pris 1,4 %, 1,2 % et 1 % respectivement.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 75,86 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 76,07 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a gagné 18 cents US à 56,20 $ US le baril, tandis que celui de l’or a progressé de 4,60 $ US à 14 219,30 $ US l’once. Le prix du cuivre s’est pour sa part déprécié de 1,9 cent US à 2,69 $ US la livre.