Les éditeurs de jeux vidéo étaient durement affectés mercredi après la publication des résultats financiers de deux groupes du secteur aux États-Unis, Electronic Arts et Take-Two Interactive, entre ventes décevantes et concurrence féroce.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Vers 12h10 à la Bourse de New York, Electronic Arts chutait de 13,19 % et Take-Two 11,52 %, emportant dans leur sillage les groupes Activision Blizzard (-9,74 %), qui doit publier ses résultats mardi prochain, ainsi que le français Ubisoft, coté à Paris (-9,53 % à la clôture).

Lors de la présentation de ses résultats mardi soir, l'éditeur Electronic Arts, qui produit notamment le jeu « FIFA », a reconnu avoir connu un trimestre « difficile » à cause de mauvaises ventes de « Battlefield V », le contraignant à abaisser ses prévisions pour l'année.

Pour l'année entière, qui s'achève le 31 mars, le groupe a abaissé sa prévision de chiffre d'affaires net à 4,87 milliards de dollars (4,75 milliards en tenant compte des revenus différés), contre environ 5,2 milliards prévus jusque-là par le groupe.

Take-Two Interactive, qui a lancé en octobre Red Dead Redemption 2 et distribue également le célèbre jeu Grand Theft Auto, a quant à lui revu à la hausse sa perspective de chiffre d'affaires annuelle mais celle-ci est ressortie sous les attentes des analystes.

Le carton planétaire du jeu concurrent Fortnite (Epic Games/Tencent) représente par ailleurs un concurrent de poids pour ces éditeurs. Ce jeu qui propose un accès gratuit a généré plus d'un milliard de dollars de recettes, grâce notamment à des mises à jour payantes pour personnaliser les parties.

Le pionnier nippon des jeux vidéo Nintendo avait de son côté annoncé jeudi dernier un bond de 25 % de son bénéfice net au terme des neuf premiers mois de son exercice décalé, grâce à sa console Switch et à la ludothèque grandissante associée.