TORONTO et NEW YORK - Les marchés ont clôturé en hausse pour une cinquième séance d'affilée, jeudi. La Bourse de Toronto a été soutenue par le cours du pétrole brut et les gains des actions des producteurs de cannabis.

Mis à jour le 10 janv. 2019

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a avancé de 98,76 points, pour terminer la journée avec 14 903,49 points.

Le marché affiche maintenant une hausse de 8 % par rapport à son creux de la fin de l'an dernier, mais reste inférieur de 10 % à son sommet de juillet, un niveau assez sain pendant ce repositionnement, a estimé Kash Pashootan, chef de la direction et chef des investissements chez First Avenue Investment Counsel.

L'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,51 % pour finir à 24 001,92 points. Le NASDAQ s'est apprécié de 0,42 % pour clôturer à 6986,07 points et l'indice élargi S&P 500 est monté de 0,45 %, à 2596,64 points.

Les grands indices de la place new-yorkaise avaient pourtant entamé la séance nettement dans le rouge.

Mais après une fin d'année très compliquée, « le marché des actions est depuis début 2019 comme sur des montagnes russes et la tendance à court terme semble être plutôt à la hausse », a estimé Terry Sandven, responsable de la stratégie actions pour U. S. Bank Wealth Management.

« À l'approche de la saison des résultats du quatrième trimestre, cette volatilité accrue va sans doute devenir la norme et non l'exception », a-t-il ajouté.

Les fondamentaux économiques restent plutôt solides selon lui : même si c'est à un rythme plus modéré, les bénéfices des entreprises américaines devraient continuer à croître en 2019, l'inflation se maintient à un niveau non problématique et les taux d'intérêt restent bas.

L'avertissement lancé par la chaîne de grands magasins Macy's, qui a révisé à la baisse ses prévisions en raison de la faiblesse de ses ventes juste avant Noël, a quand même refroidi les investisseurs, le titre de l'entreprise s'effondrant de 17,69 %.

Les indices ont par ailleurs beaucoup fluctué pendant l'intervention en cours de séance du président de la banque centrale américaine Jerome Powell. Ses commentaires sur la réduction du bilan de l'institution, qui devrait revenir à « un niveau plus normal » selon lui, ont brièvement fait plonger Wall Street dans le rouge.

Sur le marché obligataire, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans montait vers 16 h 15 HE à 2,735 %, contre 2,710 % mercredi à la clôture, tandis que celui à 30 ans avançait à 3,048 %, contre 3,003 % la veille.

Un rebond

« Les marchés sont en train de rebondir après un scénario de type "Armageddon" où la panique était en train de devenir incontrôlable. Les marchés ont repris leur souffle et se sont rendus compte qu'il y avait beaucoup de défis à relever, mais qu'il y avait également de bonnes choses qui se produisaient », a observé en entrevue Kash Pashootan, chef de la direction et chef des investissements chez First Avenue Investment Counsel.

« Donc, on voit maintenant la logique revenir sur les marchés, on voit que les ventes sont moins émotives. »

La performance de la Bourse de Toronto a été favorisée par la hausse du cours du pétrole brut, qui a atteint son plus haut niveau en plus d'un mois. Les producteurs de cannabis ont aussi enregistré de nouveaux gains-le titre de Canopy Growth a notamment pris 12 %.

Le prix du baril de pétrole brut a progressé de 23 cents US à 52,59 $ US à la Bourse des matières premières de New York.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 75,56 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 75,64 cents US de la veille.

Ailleurs à la Bourse des matières premières de New York, le cours de l'or a reculé de 4,60 $ US à 1287,40 $ US l'once, tandis que celui du cuivre s'est déprécié de 1,95 cent US à 2,64 $ US la livre.