Les données sur l'emploi en fin d'année 2018 aux États-Unis, publiées vendredi dernier, ont réconforté les marchés financiers sur l'état de l'économie pour amorcer l'année 2019.

Mis à jour le 7 janv. 2019
MARTIN VALLIÈRES LA PRESSE

Mais pour la suite, qu'en est-il du taux d'inflation dans cette économie américaine qui tourne encore à haut régime ? La mise à jour des indices des prix à la consommation pour décembre aura lieu vendredi.

Aussi, quelle influence auront les prochaines décisions de taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine (Fed), envers lesquelles les marchés financiers sont déjà hyper sensibles ?

Un exemple ? Vendredi dernier, le patron de la Fed, Jerome Powell, a fortement contribué au vif rebond de la Bourse américaine en indiquant lors d'une conférence financière que la Fed serait « patiente en évaluant comment l'économie évolue » face à l'inflation encore modeste et aux « inquiétudes » des marchés vis-à-vis d'un ralentissement économique.

Pour Katherine Judge, économiste à la Banque CIBC, « l'économie américaine a terminé l'année 2018 sur une note plus forte que prévu. Et l'accélération des embauches fournit une partie des munitions nécessaires pour que les dépenses de consommation demeurent robustes au début de 2019 ».

Toutefois, souligne-t-elle dans un billet publié vendredi, « l'économie américaine est confrontée à des obstacles dus au ralentissement de l'activité sur le marché de l'habitation et à la faiblesse de la demande dans l'économie mondiale. Ces obstacles pourraient freiner la hausse des dépenses de consommation au début de 2019 en dépit du dernier rapport positif concernant le marché du travail ».

Par conséquent, selon Katherine Judge, « cela devrait suffire à laisser la Fed à l'arrêt au premier trimestre 2019 ».

De l'avis des économistes de la Banque Nationale, « l'indice des prix à la consommation de décembre pourrait avoir baissé de 0,1 % au cours du mois, freiné par une chute des prix de l'essence plus forte que la normale saisonnière.

« Le taux d'inflation d'ensemble annuel pourrait reculer de trois dixièmes, à 1,9 %. En contrepartie, l'inflation de base (excluant les aliments et l'énergie) pourrait rester inchangée au taux annuel de 2,2 %. »

MERCREDI

La Banque du Canada fait le point

Les investisseurs prêteront attention à la mise à jour de la politique monétaire et des taux d'intérêt de la Banque du Canada. « Avec la récente détérioration des indicateurs économiques mondiaux et la chute des prix des matières premières, nous nous attendons à ce que la banque reste sur la touche au cours des six prochains mois au moins », indiquent les économistes de la Banque Nationale. Pour sa part, David Watt, économiste en chef de la Banque HSBC au Canada, estime que « le récent rapport sur l'emploi en décembre indique que le marché du travail au Canada a commencé 2018 en lion, mais l'a terminé comme un agneau. Aussi, la dynamique économique qui avait amené la banque à relever les taux d'intérêt de 0,5 % à la mi-2017 à 1,75 % à la fin de 2018 s'est nettement ralentie ».

JEUDI

Cogeco devant ses actionnaires

L'entreprise québécoise de télécommunications et de médias électroniques Cogeco divulguera les résultats du premier trimestre de son exercice 2019. Il s'agira aussi d'un préambule de son assemblée annuelle, convoquée vendredi à Montréal. Chez la principale filiale Cogeco Communications, les analystes anticipent pour ce trimestre des revenus en hausse de 15 %, à 637 millions, attribuables surtout à l'achat du câblodistributeur américain MetroCast pour 1,4 milliard US l'an dernier. En contrepartie, les analystes s'attendent à un recul d'environ 3 % du bénéfice trimestriel par action.