Le marché haussier souffle ses 10 bougies, ce qui en fait le marché haussier le plus long de l’histoire. Après une année extraordinaire sur le marché canadien en 2019 avec un rendement de près de 22 %, en date de la mi-décembre, les attentes sont modestes en 2020. Valeurs mobilières Desjardins (VMD) a néanmoins déterminé 25 titres favoris répartis dans neuf secteurs d’activités pour l’année qui s’en vient. En voici quelques-uns.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Enerplus Corporation (ERF, 9,20 $*)

Le pétrole a mauvaise presse et le prix des actions des pétrolières est déprimé. Dans la sous-catégorie des entreprises de moyenne taille, Desjardins jette son dévolu sur Enerplus en raison de son exposition au marché américain, de ses antécédents d’excellence opérationnelle et de sa faible valorisation (5,35 fois les bénéfices passés). Son bilan lui donne une grande flexibilité dans la gestion de ses capitaux : forages, acquisitions, rachat d’actions ou accroissement du dividende. Au prix actuel, c’est le moment d’investir dans le titre, avance Desjardins. Elle s’attend à une expansion de son ratio cours-bénéfices futurs en 2020. Le rendement total attendu s’élève à 83 %.

> Consultez le profil boursier d’Enerplus Corporation

Héroux-Devtek (HRX, 18,02 $)

Avec un Donald Trump qui fait pression sur ses alliés de l’OTAN, les dépenses militaires sont à la hausse. Environ 50 % des revenus d’Héroux relèvent de ce secteur d’activité. Héroux-Devtek s’est bâti une réputation dans les trains d’atterrissage, elle veut maintenant en faire de même dans le domaine de l’actionnement, un marché complémentaire. En résumé, Heroux a tout ce qu’il faut pour grandir à l’interne comme à l’externe. Ses marges devraient s’améliorer au fur et à mesure de l’intégration des acquisitions récentes. Son bilan prend du mieux et le titre se vend à escompte par rapport à ses pairs. Le prix cible est fixé à 25 $, pour un rendement total de 39 % en dépit de la progression du prix de l’action de 40 % depuis décembre 2018.

> Consultez le profil boursier d’Héroux-Devtek

Shaw Communications (SJR.B, 26,46 $)

Desjardins s’attend à ce que le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) du secteur des télécoms progresse de 4,2 % en 2020, en raison des réductions de coûts et de l’optimisation des réseaux. Trois titres retiennent l’attention de VMD : Telus, Rogers et Shaw. Dans ce dernier cas, l’analyste aime la croissance interne de son BAIIA, la plus élevée du secteur pour l’exercice financier se terminant en 2020. Ses abonnés au sans-fil continuent d’augmenter. Son réseau a fini par rejoindre en qualité celui de ses concurrents. Les revenus moyens par usager sont appelés à grandir à moyen terme. Des changements réglementaires en sa faveur par le CRTC pourraient lui insuffler l’élan pour gagner des parts de marché en soumettant des promotions des plus concurrentielles. Avec un prix cible de 32 $ d’ici 12 mois, le rendement annuel attendu est fixé à 24 %.

> Consultez le profil boursier de Shaw Communications

Gildan (GIL, 38,53 $)

Ce choix détonne. Desjardins le reconnaît d’emblée. Elle a une position contraire au sentiment général sur ce titre. Elle demeure la seule à en recommander l’achat parmi les 13 analystes qui suivent le titre, tel que répertorié par Bloomberg. VMD s’attend à un solide second semestre en 2020. Résultat : des ventes en hausse de 2 % et une marge bénéficiaire supérieure de 50 points centésimaux sur l’ensemble de 2020, en raison notamment de l’aplanissement des difficultés au sujet de ses matières premières. Le prix cible est fixé à 42 $, ce qui donne un rendement total attendu de 14 %.

> Consultez le profil boursier de Gildan

Alimentation Couche-Tard (ATB.B, 42,25 $)

Habituée de la liste des favoris de VMD, l’action de Couche-Tard a réagi dans les dernières semaines à l’annonce de son offre sur la chaîne australienne Caltex. Bien que le dénouement de l’offensive reste incertain, les analystes retiennent la volonté de la direction de doubler le bénéfice par action d’ici 2023. Ceux-ci voient l’action à 49 $, pour un rendement espéré de 13 %. À ce prix, le ratio cours-bénéfice à venir doit passer de 19 à 21, soit un ratio qui sera alors au diapason de celui de ses concurrents américains comme Casey’s et Murphy.

> Consultez le profil boursier de Couche-Tard

Banque de la Nouvelle-Écosse (BNS, 73,42 $)

Parmi les grandes banques canadiennes, VMD choisit la Scotia. Bien qu’elle n’exclue pas d’autres soubresauts avec sa division chilienne en raison des troubles qui secouent ce pays d’Amérique du Sud, elle croit que la poussière retombera en 2020. Desjardins s’attend à des rachats d’action et constate que l’institution bancaire se vend actuellement à un ratio inférieur à sa moyenne historique (10,1 fois les bénéfices futurs, contre 11,3 fois). Elle aime aussi la feuille de route de l’institution en matière de gestion des dépenses. Le rendement total attendu est de 12 %.

> Consultez le profil boursier de la Banque de la Nouvelle-Écosse

* Cours des actions avant la séance du 27 décembre