(New York, Toronto) La Bourse de New York a terminé en baisse mardi, reprenant son souffle après une salve mitigée de résultats d’entreprises et des commentaires du président américain sur les négociations avec la Chine.  

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 0,1 % pour finir à 27 335,63 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a perdu 0,4 % à 8222,80 points.  

L’indice élargi S&P 500 a lâché 0,3 % pour clôturer à 3004,04 points.  

Ils avaient tous les trois grimpé la veille à des niveaux inédits.

Mardi, « la séance a surtout été guidée par deux éléments, les nombreux résultats d’entreprises à digérer et le président Donald Trump assurant qu’il y avait “encore un long chemin à parcourir” dans les négociations avec la Chine », selon Adam Sarhan de la société 50 Park Investments.

« Toute information allant à l’encontre de la conclusion rapide d’un accord commercial est considérée à court terme comme un facteur négatif par le marché », a-t-il remarqué.  

Plus tôt dans la séance, les indices avaient oscillé autour de l’équilibre après la diffusion des chiffres trimestriels de plusieurs grands noms de la cote.  

La première banque américaine en termes d’actifs, JPMorgan Chase, a annoncé avoir dégagé au deuxième trimestre un bénéfice net record de 9,65 milliards US, une performance qui a fait monter son titre de 1,1 %.

La banque d’affaires Goldman Sachs a de son côté grimpé de 1,9 % après avoir fait part de résultats meilleurs que prévu en dépit d’une baisse continue à la fois des commissions perçues par ses banquiers d’affaires et des recettes générées par les traders.

Fossé entre consommation et industrie

Les courtiers ont en revanche accueilli fraîchement les chiffres de la banque Wells Fargo (-3%) ou du groupe de produits pharmaceutiques et d’hygiène Johnson & Johnson (-1,6 %).

La séance a aussi été marquée mardi par la publication d’une série d’indicateurs, dont des ventes au détail bien meilleures que prévu en juin (+0,4 % sur un mois).

La production industrielle aux États-Unis est de son côté restée inchangée en juin (+0,0 %) comparé à mai tandis que les prix à l’importation ont glissé de 0,9 % en juin.  

« Le fossé entre la robustesse de la consommation et les difficultés du secteur industriel continue à s’élargir et cette divergence pourrait rester un sujet délicat pour les investisseurs d’ici la fin de l’année », a commenté Ken Berman de Gorilla Trades.

Alphabet, la maison mère de Google, a pris 0,26 %. Donald Trump a laissé entendre dans un tweet mardi que son administration allait mener des investigations sur Google, récemment pris pour cible par le milliardaire Peter Thiel qui l’accuse d’être infiltré par les services de renseignement chinois. Des accusations que le groupe estime sans fondement.

La Bourse de Toronto clôture en baisse

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse, tirée vers le bas par un recul du cours du pétrole attribuable à l’atténuation du risque géopolitique au Moyen-Orient.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a retraité de 8,40 points, pour terminer la séance avec 16 502,42 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 76,62 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 76,69 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 1,96 $ US à 57,62 $ US le baril, tandis que celui de l’or a effacé 2,30 $ US à 1411,20 $ US l’once. Le prix du cuivre s’est pour sa part déprécié de 1,1 cent US à 2,70 $ US la livre.