(Londres) Les cours du pétrole restaient orientés en nette hausse lundi en milieu de séance européenne après l’annonce par le ministre russe de l’Énergie que l’OPEP et ses alliés étaient d’accord pour reconduire leurs baisses de production pour neuf mois.

Agence France-Presse

Vers 9 h, le baril de référence américaine pour livraison en août, cotait à 60,12 dollars, en hausse de 2,82 % par rapport à la clôture de vendredi. Il est monté vers 3 h 35 jusqu’à 60,28 dollars, son plus haut niveau depuis la fin mai.  

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, prenait 2,83 % à 66,51 dollars à Londres.

Les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs partenaires « soutiennent tous la proposition » de prolonger pour neuf mois, dans les mêmes proportions, les baisses de production en vigueur depuis décembre pour soutenir les cours, a annoncé dans la matinée le ministre russe de l’Énergie Alexandre Novak à Vienne.

Les quatorze pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés (emmenés par la Russie), réunis jusqu’à mardi dans la capitale autrichienne, ont exprimé lors d’une réunion de suivi lundi matin leur soutien unanime à ce compromis, a indiqué M. Novak devant quelques journalistes.

Ces 24 pays, qui pompent la moitié du pétrole du globe, avaient décidé en décembre d’abaisser leur offre cumulée de 1,2 million de barils par jour (mbj) pour soutenir les cours, qui restent contenus malgré la recrudescence des tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Déjà, dès l’ouverture de la séance, les cours avaient profité de l’annonce ce week-end d’un accord entre l’Arabie saoudite et la Russie pour une prolongation des réductions en vigueur. Cet accord avait été dévoilé par le président russe Vladimir Poutine vendredi en marge du G20 d’Osaka.

« Cela éloigne une incertitude majeure pour le marché, alors qu’on ne savait pas précisément où la Russie se plaçait concernant une prolongation de l’accord », avaient alors expliqué Warren Patterson et Wenyu Yao, analystes pour ING.

« La trêve commerciale entre les États-Unis et la Chine fait également monter les prix du pétrole ce matin », a ajouté Bjarne Schieldrop, analyste pour SEB.

Donald Trump et Xi Jinping ont évité le pire en décrétant samedi une trêve dans leur guerre commerciale lors du sommet du G20 d’Osaka. Les tensions entre les deux pays font monter les craintes d’un ralentissement de la croissance mondiale, synonyme d’un affaiblissement de la demande d’or noir.