Wall Street a terminé en net recul lundi, minée par une défiance continue à l'encontre des valeurs technologiques après les résultats trimestriels jugés décevants de plusieurs poids lourds du secteur.

Mis à jour le 30 juill. 2018

L'indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones, a perdu 0,6%, à 25 306,83 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, a lâché 1,4%, à 7630,00 points, sa troisième séance de suite en recul de plus de 1%.

L'indice élargi S&P 500 a reflué de 0,6%, à 2802,60 points.

Facebook (-2,2%), Twitter (-8%), Alphabet (-1,5%, la maison mère de Google), Netflix (-5,7%) et Amazon (-2,1%) ont fait partie des principales victimes du mouvement généralisé de liquidation des valeurs technologiques.

Ces chutes, déjà observées en fin de semaine dernière, sont intervenues suite aux résultats jugés décevants de plusieurs de ces groupes.

Jeudi, Facebook s'était déjà effondré de 19% après ses résultats trimestriels, soit une perte sans précédent de 119 milliards US de capitalisation boursière et, vendredi, Twitter avait plongé de 20,5% après les siens.

«Les courtiers réalisent que ces entreprises n'arrivent plus à justifier leurs niveaux de valorisation», a expliqué Phil Davis, de PSW investments.

«Alors ils réévaluent leurs perspectives sur ces titres».

De son côté, Karl Haeling, de LBBW, a estimé qu'«il est pour le moment difficile de dire si cette chute est davantage liée à de vraies inquiétudes sur l'avenir du secteur ou s'il s'agit surtout de réflexes de vente après une très forte progression ces derniers mois».

Malgré les lourdes chutes connues ces derniers jours, le Nasdaq a progressé de 10,5% depuis le début de l'année, après avoir bondi de 28,2% l'an dernier.

Après avoir démarré la séance en hausse suite à des résultats trimestriels encourageants, Caterpillar a participé au mouvement de déprime des marchés en perdant 2%.

Parmi les autres valeurs du jour, CBS a chuté (-5,1%), alors que le sort du PDG du groupe de télévision, Leslie Moonves, visé par une enquête interne sur les accusations de harcèlement sexuel dont il fait l'objet, demeure incertain.

Walmart a avancé (+0,85%) suivant des informations affirmant que le géant de la distribution explorerait la possibilité de lancer un service de vidéo en ligne qui viserait à concurrencer directement Netflix et Amazon.

American Express a reculé (-2,9%). Le groupe est montré du doigt pour avoir prétendument offert à des clients professionnels des taux de change compétitifs avant de les relever sans prévenir ces mêmes clients, d'après la presse américaine.

La Bourse de Toronto a clôturé en baisse en dépit d'un bond des prix du pétrole.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX a perdu 48,48 points, à 16 345,47 points, tandis que les titres des matériaux ont aussi effectué une glissade.

Le dollar canadien se situait à 76,80 cents US, en hausse de 0,24 cent US.

Le pétrole brut pour livraison en septembre à la bourse des matières premières de New York a gagné 1,44 $, à 70,13$ US le baril, tandis que le gaz naturel augmentait de deux cents, à 2,80 $US par million de BTU.

L'or pour livraison en décembre a cédé 1,20 $, à 1231,50 $US l'once, et le cuivre pour livraison en septembre a perdu un cent, à 2,79 $US la livre.



 AFP-PC