Wall Street a terminé en forte hausse lundi, menée par les valeurs financières dans le sillage d'un rapport sur l'emploi robuste vendredi et à quelques jours du démarrage d'une saison des résultats trimestriels s'annonçant prometteuse.

Mis à jour le 9 juill. 2018

Wall Street a terminé en forte hausse lundi, menée par les valeurs financières dans le sillage d'un rapport sur l'emploi robuste vendredi et à quelques jours du démarrage d'une saison des résultats trimestriels s'annonçant prometteuse.Selon les résultats définitifs à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a pris 1,31% à 24 776,59 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, a avancé de 0,88% à 7756,20 points.

L'indice élargi S&P 500 a également progressé de 0,88% à 2784,17 dollars.

Les courtiers ont continué à profiter d'un rapport sur l'emploi favorable publié vendredi et montrant une progression robuste des créations d'emplois accompagnée d'une modeste inflation des salaires.

Dans cette optique, ils pouvaient se tourner avec optimisme vers une saison des résultats d'entreprises qui s'annonce prometteuse.

Celle-ci doit officieusement démarrer vendredi avec les comptes trimestriels des banques Citigroup (+2,68%), JPMorgan Chase (+3,09%) et Wells Fargo (+1,57%).

Grâce notamment à ces progressions, le sous-secteur des banques au sein du S&P 500 a été le plus en vue parmi les 11 sous-indices qui composent l'indice élargi, avec +2,32%.

Cette hausse suggère également «une chasse aux bonnes affaires», d'après Patrick O'Hare de Briefing, le secteur évoluant encore loin de ses niveaux de valorisation records atteints fin janvier.

Twitter chute

Concernant les résultats d'entreprises, «les bénéfices trimestriels des entreprises ont en général dépassé de 3% les anticipations des analystes lors des cinq dernières années. Si c'est à nouveau le cas au deuxième trimestre, ceux-ci atteindront 23%, soit un niveau exceptionnel, très proche du trimestre précédent», a commenté Karl Haeling de LBBW.

Sam Stovall de CFRA a rappelé que les secteurs de l'énergie, des matériaux, des banques et des technologies devraient afficher les plus gros bénéfices.

«Huit des onze secteurs qui composent le S&P 500 devraient, d'après les attentes, afficher une croissance à deux chiffres», a-t-il ajouté.

Egalement sur le radar des marchés cette semaine, la publication de deux indicateurs sur l'inflation américaine mercredi et jeudi.

Le marché obligataire se tendait un peu: le rendement sur la dette américaine à 10 ans montait à 2,860% contre 2,822% vendredi à la clôture et celui à 30 ans avançait à 2,964% contre 2,929% à la précédente clôture.

Parmi les valeurs du jour, Groupon a bondi de 10,78% à 4,83 dollars après qu'un article publié sur le site d'actualité technologique Recode a affirmé que le groupe chercherait un acheteur.

Twitter a chuté de 5,38% à 44,14 dollars. Le réseau social aurait supprimé 70 millions de comptes en mai et en juin dans le cadre de sa lutte contre la désinformation, d'après le Washington Post. Ce qui représenterait un doublement des suppressions de comptes en comparaison avec la fin d'année dernière.

Les secteurs de l'industrie et de l'énergie ont fait grimper l'indice de référence de la Bourse de Toronto.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a gagné 80,56 points pour clôturer à 16 452,34 points, ce qui constituait un sommet record.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,35 cents US, en hausse de 0,04 cent US par rapport à son cours moyen de vendredi.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a gagné 5 cents US à 73,85 $ US le baril, tandis que celui de l'or a grimpé de 3,80 $ US à 1259,60 $ US l'once. Le prix du cuivre s'est adjugé 3 cents US à 2,85 $ US la livre.

AFP-PC