Wall Street a terminé en hausse jeudi, lors d'une séance marquée par des volumes d'échanges très faibles au lendemain d'un jour férié aux États-Unis, et ce, malgré la perspective de l'entrée en vigueur de taxes douanières américaines et chinoises vendredi.

AGENCE FRANCE-PRESSE, LA PRESSE CANADIENNE

Selon les résultats définitifs à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,75 % à 24 356,74 points.

Le NASDAQ, à forte composante technologique, a avancé de 1,12 % à 7586,43 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,86 % à 2736,61 points.

«De nombreux courtiers sont absents cette semaine et il n'est pas étonnant de constater beaucoup de volatilité lors de ce type de séance aux volumes d'échanges très faibles», a commenté David Levy de Republic Wealth Advisors.

En volumes, ces échanges ont été moitié moins nombreux que lors d'une journée classique sur l'indice S&P 500.

Les valeurs technologiques ont affiché les meilleures performances, le sous-indice les regroupant au sein du S&P 500 ayant avancé de 1,47 %. Facebook (+2,97 %), Twitter (+2,67 %) et Netflix (+2,02 %) ont notamment fait partie des locomotives de Wall Street jeudi.

La progression des indices est intervenue alors que les États-Unis et la Chine vont basculer dans la guerre commerciale avec l'entrée en vigueur vendredi de taxes douanières réciproques sur des dizaines de milliards de dollars de marchandises.

Les tarifs douaniers américains de 25 % sur 34 milliards d'importations chinoises doivent être effectifs jeudi à minuit et immédiatement après, des droits de douane chinois sur un montant équivalant d'importations américaines devraient être appliqués

Accord commercial avec l'UE ?

Les marchés ont également accueilli avec neutralité le compte-rendu de la dernière réunion de la banque centrale américaine (Fed), où celle-ci a affirmé que les incertitudes en matière commerciale pourraient nuire à l'investissement et à la confiance.

Malgré ces perspectives relativement pessimistes, les investisseurs se sont davantage concentrés sur des commentaires de la chancelière allemande Angela Merkel et de l'ambassadeur des États-Unis en Allemagne au sujet d'une potentielle baisse des taxes sur l'automobile afin de désamorcer le conflit commercial qui oppose l'Union européenne aux États-Unis.

«Ces informations sont une bonne nouvelle dans la mesure où elles suggèrent qu'un accord pourrait être trouvé et qu'une guerre commerciale américano-européenne pourrait être évitée», a commenté Bill Lynch de Hinsdale Associates.

Le secteur automobile américain en a profité, General Motors prenant 1,28 %, Ford 0,55 % et Fiat Chrysler 5,98 %.

Parmi les autres valeurs du jour, le constructeur aéronautique américain Boeing (+0,08 % à 333,18 $US) va s'emparer de la totalité des activités civiles de l'avionneur brésilien Embraer pour 3,8 milliards US, une opération qui lui permettra de concurrencer son rival européen Airbus dans le segment des avions régionaux.

Le pétrole fait reculer Toronto

De son côté, la Bourse de Toronto a clôturé en baisse, jeudi, tirée vers le bas par le secteur de l'énergie.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a cédé 38,11 points à 16 266,61 points, les actions des secteurs de la finance et des matériaux ayant elles aussi perdu quelques plumes.

Sur le marché de devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,17 cents US, en hausse de 0,08 cent US par rapport à son cours moyen la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 1,20 $ US à 72,94 $ US le baril, pendant que celui de l'or a gagné 5,30 $ US à 1258,80 $ US l'once. Le prix du cuivre a plongé de 9 cents US à 2,83 $ US la livre.