Source ID:; App Source:

Wall Street, dominée par les banques, termine en nette hausse

Mercredi, l'indicateur du déficit commercial des États-Unis s'est... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

Mercredi, l'indicateur du déficit commercial des États-Unis s'est affiché en recul pour le deuxième mois consécutif en avril sous l'effet notamment d'une baisse des importations de biens en particulier en provenance de la Chine.

Photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York, Toronto

À Wall Street, le NASDAQ a affiché mercredi un troisième record de suite à la clôture lors d'une séance dominée par un bond des valeurs financières après une nette hausse des taux d'intérêt américains.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le NASDAQ, à forte coloration technologique, a pris 0,7%, à 7689,24 points. L'indice vedette Dow Jones s'est apprécié de 1,4%, à 25 146,39 points.

L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,86% à 2772,35 points.

«Le potentiel premier pas de la Banque centrale européenne (BCE) vers la normalisation monétaire a aidé les taux d'intérêt à monter», a indiqué Art Hogan de Wunderlich Securities.

Le marché de la dette en zone euro s'est en effet tendu mercredi après des commentaires de responsables de la BCE avertissant qu'une discussion sur la fin de ses rachats de dettes était au programme. Cette hausse s'est répercutée sur les taux américains.

Le rendement sur la dette américaine à 10 ans se tendait à 2,975% contre 2,928% mardi à la clôture et celui sur les bons à 30 ans avançait à 3,126% contre 3,084% la veille.

«Les taux d'intérêt plus élevés bénéficient aux revenus des banques», a rappelé Bill Lynch de Hinsdale Associates.

Résultat, le sous-indice regroupant les valeurs financières au sein du S&P 500 a bondi de 1,8%. Dans le détail, Bank of America a pris 3,2%, Morgan Stanley 2,2%, Goldman Sachs 1,7% et Citigroup 2,2%.

Les investisseurs ont semblé par ailleurs peu s'appesantir sur les craintes de guerre commerciale, au lendemain de la publication par le Wall Street Journal d'une information selon laquelle la Chine a proposé d'acheter près de 70 milliards de dollars de biens américains supplémentaires pour réduire le déficit des États-Unis, à condition que l'administration Trump abandonne sa menace de taxes sur 50 milliards de marchandises chinoises.

«Il y a une différence assez nette entre l'allusion aux 70 milliards de la Chine et le souhait des États-Unis d'un accord à 200 milliards de dollars. Mais c'est au moins un pas dans la bonne direction», a observé M. Hogan.

Avancée notable lors de cette journée à Wall Street, le constructeur automobile Tesla a bondi de 9,7%. Son patron, Elon Musk, a affirmé la veille que la production de son véhicule Model 3, crucial pour l'avenir du groupe, devrait atteindre d'ici la fin juin son objectif de 5000 véhicules construits par semaine.

Parmi les autres valeurs du jour, l'avionneur Boeing (+3,2%), qui a reçu des commandes de deux compagnies iraniennes pour un montant total de 20 milliards US, ne livrera finalement pas ces appareils après le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien, a indiqué mercredi à l'AFP un porte-parole.

Facebook (-0,8%) a reconnu mardi que des groupes télécoms chinois, dont Huawei, avaient eu accès à des données privées d'utilisateurs, alors même que cette entreprise est accusée par les Américains d'être un bras armé technologique de Pékin.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, soutenue par ses secteurs des matériaux et de la santé, alors que le dollar canadien prenait de la valeur grâce à la publication de meilleures données commerciales que prévu.

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a grimpé de 61,68 points à pour terminer la séance à 16 183,93 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 77,44 cents US, en hausse de 0,48 cent US par rapport à son cours moyen de la veille. Statistique Canada a indiqué mercredi que le déficit commercial du Canada avait été réduit de moitié à 1,9 milliard en avril, comparativement à celui de 3,9 milliards du mois de mars. Les économistes s'attendaient en moyenne un déficit de 3,4 milliards.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a rendu 79 cents US à 64,73 $ US le baril, tandis que celui de l'or a perdu 80 cents US à 1301,40 $ US l'once. Le prix du cuivre a bondi de 6 cents US à 3,26 $ US la livre.

- Avec La Presse canadienne




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer