Wall Street a légèrement baissé mardi, lestée par un repli des cours pétroliers sur un marché pour le reste prudent face à de très nombreux résultats trimestriels d'entreprises : le Dow Jones a perdu 0,30% et le Nasdaq 0,50%.

Mis à jour le 25 oct. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, dont plusieurs membres ont publié leurs chiffres, a cédé 53,76 points à 18.169,27 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 26,43 points à 5283,40 points. L'indice élargi S&P 500 a reculé de 8,17 points, soit 0,38 points, à 2143,16 points.

Les principaux indices ont baissé, «comme les investisseurs digéraient des résultats mitigés d'entreprises», ont résumé dans une note les experts de Wells Fargo.

À Toronto 

Le dollar canadien a clôturé mardi à 74,90 cents US, en hausse de 0,20 cent. Le dollar américain a terminé la journée à 1,3352 $ CAN, en baisse de 0,34 cent.

La livre sterling a clôturé à 1,6270 $ CAN, en baisse de 0,89 cent, et à 1,2185 $ US, en baisse de 0,36 cent.

L'euro a clôturé à 1,4540 $ CAN, en baisse de 0,15 cent.

Ces cours ont été fournis par la Banque du Canada.

Attentes dépassées

Aux États-Unis, de nombreux groupes du Dow Jones ont publié leurs chiffres trimestriels et beaucoup d'entre eux ont dépassé les attentes, comme le groupe de grande consommation Procter & Gamble (+3,41% à 86,97 dollars) et le conglomérat United Technologies (+1,85% à 101,36 dollars), même si certains ont déçu par leurs prévisions, tel le groupe industriel 3M (-2,94% à 166,23 dollars).

Depuis le début de la période des résultats voici deux semaines, «l'impression est positive, mais il y a certains éléments encourageant à la prudence», a expliqué David Levy, de Republic Wealth Advisors. «Les investisseurs attendent d'avoir une idée plus complète.»

Pour les investisseurs, qui ont par ailleurs digéré sans grande réaction l'annonce d'un rebond des prix des logements en août aux États-Unis mais d'une chute plus marquée que prévu du moral des ménages ce mois-ci, la prudence reste d'autant plus de mise que de grands noms doivent encore publier les leurs, comme le groupe informatique Apple (+0,51% à 118,25 dollars) mardi après la clôture.

«Les résultats sont moyens, comme on s'y attendait... Et cela laisse le champ à la Réserve fédérale (Fed) pour faire des siennes !», a prévenu Chris Low, de FTN Financial. «Depuis quelques jours, ses responsables sont particulièrement expressifs.»

La banque centrale américaine laisse de moins en moins de doutes sur l'éventualité d'un resserrement monétaire en décembre et l'un de ses membres, John Williams, président de l'antenne de San Francisco a encore tenu des propos en ce sens mardi.

Enfin, dernier facteur de prudence, «les cours du pétrole ont du mal à tenir à plus de 50 dollars le baril», le marché new-yorkais ayant fini sous ce seuil face aux doutes sur des incertitudes sur l'accord de réduction de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a conclu M. Low.

Le marché obligataire s'orientait plutôt en hausse. Vers 20h20 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans s'affichait à 1,761% comme lundi soir et celui des bons à 30 ans à 2,501% contre 2,515% précédemment.

- Avec La Presse canadienne