Source ID:; App Source:

Wall Street résiste aux mauvais chiffres sur l'emploi

«La Bourse continue d'être extraordinairement résistante», a résumé... (PHOTO MARK LENNIHAN, ARCHIVES AP)

Agrandir

«La Bourse continue d'être extraordinairement résistante», a résumé Michael James, de Wedbush Securities.

PHOTO MARK LENNIHAN, ARCHIVES AP

Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street a légèrement baissé vendredi, sans s'affoler face à de mauvais chiffres sur l'emploi américain, que les investisseurs essayaient surtout d'interpréter à l'aune des perspectives monétaires aux Etats-Unis: le Dow Jones a perdu 0,18% et le Nasdaq 0,58%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones a cédé 31,50 points à 17 807,06 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 28,85 points à 4942,52 points. L'indice élargi S&P 500 a reculé de 6,13 points, soit 0,29%, à 2099,13 points.

«La Bourse continue d'être extraordinairement résistante», a résumé Michael James, de Wedbush Securities. «À voir les chiffres de l'emploi d'aujourd'hui, on aurait cru que la journée allait être difficile pour le marché.»

Pourtant, la Bourse s'est peu à peu remise après avoir ouvert nettement dans le rouge dans la foulée de l'annonce par le département du Travail de créations d'emplois très faibles et décevantes en mai.

«Je ne suis pas sûr que (les chiffres de l'emploi) représentent une vraie tendance», a relativisé Peter Cardillo, économiste en chef chez First Standard Financial «À mon avis, c'est une variation exceptionnelle.»

De plus, ces chiffres provoquent «d'autres phénomènes qui sont en fait favorables à la Bourse, comme une chute du dollar», a-t-il remarqué.

Le billet vert, dont la force a tendance à inquiéter multinationales et exportateurs américains, dévissait non seulement parce que les chiffres de l'emploi inquiètent sur l'économie américaine, mais aussi parce qu'ils semblent, de l'avis général, exclure l'idée d'une hausse des taux par la Réserve fédérale (Fed) dès juin.

Sur ce dernier plan, le secteur bancaire, à qui profiterait une hausse des taux, a le plus souffert des chiffres de l'emploi et des espoirs douchés de resserrement monétaire: Goldman Sachs a perdu 2,3% , Morgan Stanley 2,7% et Citi 3,4%.

Parmi les autres valeurs, le groupe internet Yahoo, sur lequel continuent à régner les spéculations quant à son avenir, a reculé de 1,48% après un article du New York Post évoquant des discussions avec le réseau social Twitter, resté stable en Bourse, sur une éventuelle fusion.

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse  et affiche maintenant une hausse de plus de 20% par rapport à son creux depuis le début de l'année.

L'indice composé S&P/TSX a gagné 89,79 points et terminé la séance à 14 226,78 points, un niveau supérieur de 20,1% à celui de 11 843,11 points observé à sa clôture du 20 janvier.

Le parquet torontois a surtout été appuyé par le secteur des matériaux et celui des métaux et minerais diversifiés, qui ont respectivement grimpé de 6,46% et 5,47%.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,95 cent US à 77,26 cents US, le dollar américain ayant perdu des plumes face à la plupart des devises étrangères à la suite de la publication de données décevantes sur le marché de l'emploi des États-Unis.

- La Presse Canadienne, à Toronto




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer