Les marchés dépriment

«Des signaux poussant à la hausse donnés par... (PHOTO RICHARD DREW, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

«Des signaux poussant à la hausse donnés par des résultats depuis hier soir et l'activité de fusions-acquisitions gardent intacte la tendance haussière du marché», a déclaré Michael James, chez Wedbush Securities.

PHOTO RICHARD DREW, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les marchés boursiers ont clôturé la séance de jeudi résolument en baisse, après la publication des données décevantes au sujet de la croissance économique des États-Unis, qui a ralenti à un rythme qu'elle n'avait pas vu en deux ans.

La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a plongé de 210,79 points à 17 830,76 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a perdu 19,34 points à 2075,81 points et que l'indice composé du Nasdaq a plongé de 57,85 points à 4805,29 points.

L'action d'Apple a lourdement pesé sur ce dernier indice avec sa chute de 3%, survenue après que l'investisseur milliardaire Carl Icahn eut indiqué à CNBC qu'il avait vendu sa participation dans l'entreprise.Entre-temps, l'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a cédé 1,23 point à 13 886,43 points.

Le dollar canadien a poursuivi sa récente reprise, gagnant 0,44 cent US à 79,69 cents US, après avoir touché en cours de séance un sommet de 79,90 cents US. Le huard a clôturé au-dessus de la barre des 80 cents US pour la dernière fois le 30 juin 2015.

La devise canadienne connaît une période de croissance grâce à la récente reprise des prix du pétrole brut et à la faiblesse du dollar américain, à la lumière de nouvelles indications permettant de croire que la Réserve fédérale des États-Unis n'est pas pressée d'augmenter ses taux d'intérêt.

À la Bourse des matières premières de New York, le prix du pétrole brut a avancé de 70 cents US à 46,03 $ US le baril, tandis que le cours du lingot d'or a pris 16 $ US à 1266,45 $ US l'once et que le prix du cuivre a gagné 1 cent US à 2,23 $ US la livre.

L'effet Icahn

Le marché, qui tentait une remontée en dépit de la déception provoquée durant la nuit par l'immobilisme de la Banque du Japon, a brutalement cédé en début d'après-midi, notamment au Nasdaq, après que Carl Icahn a annoncé sur la chaîne de télévision CNBC qu'il avait vendu toutes ses actions Apple (-3,08%).

«Icahn est venu dire qu'il avait vendu toute sa participation (dans Apple) et cela a déstabilisé le marché, Google qui était en hausse est parti en baisse», avec une contagion parmi la plupart des valeurs du Nasdaq, a expliqué Mace Blicksilver, chez Marblehead Asset Management.

M. Icahn a expliqué qu'il avait vendu ses titres Apple, d'une part parce que cela lui permettait d'empocher de confortables bénéfices, mais aussi parce «la Chine jette une ombre» sur ses perspectives.

D'une façon plus générale, M. Icahn a indiqué qu'il était «toujours très prudent» face au marché boursier, craignant que d'éventuels taux d'intérêt négatifs puissent créer des bulles spéculatives, et plaidant plutôt pour des mesures de relance budgétaire.

Outre ces déclarations, M. Blicksilver a estimé que les indices pouvaient être victimes d'arbitrages de fin de mois, «vu qu'on a eu une grosse remontée depuis la mi-février».

Le marché obligataire, en baisse en matinée, a fini la journée en hausse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans baissait à 1,827% contre 1,854% mercredi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,686% contre 2,703% la veille.

- Avec La Presse Canadienne, à Toronto




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer