Source ID:; App Source:

Les marchés encore déprimés par le brut

Les marchés nord-américains ont renoué hier avec la morosité, déprimés par le... (PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP)

Agrandir

PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne, l'Agence France-Presse
Agence France-Presse

Les marchés nord-américains ont renoué hier avec la morosité, déprimés par le reflux du marché pétrolier et un contexte boursier tout aussi terne en Europe.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones  a cédé 117,11 points (-0,66 %) à 17 603,87 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 42,09 points (-0,82 %) à 5065,85 points.

Particulièrement suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 a reculé de 15 points, soit 0,72 %, à 2063,36 points.

À la veille de la Saint-Sylvestre, les investisseurs semblaient déjà passés en mode de préparation de réveillon, avec de faibles volumes d'échanges.

«Globalement le mouvement suit l'actualité du marché du pétrole, et avec les titres liés à l'énergie et au pétrole en retrait aujourd'hui, il est difficile pour les actions de trouver de l'élan en l'absence d'actualité» forte, a expliqué David Levy, de Kenjol Capital.

Le marché du pétrole, qui s'était repris mardi avec l'espoir que les stocks américains de produits pétroliers reculeraient, a rechuté hier une fois que le ministère de l'Énergie a annoncé qu'en fait les réserves de brut, d'essence et de produits distillés avaient progressé durant la semaine de Noël, tout comme la production américaine de brut, confirmant l'engorgement du marché.

Les investisseurs américains n'avaient qu'un seul indicateur économique à se mettre sous la dent, sur les promesses de ventes de logements en novembre, mais «si les chiffres ont été plus mauvais que prévu ce n'est pas cela qui a suffi à donner la tendance au marché», a assuré M. Levy.

Globalement, «la plupart des institutions (financières) ont déjà bouclé leur année», a-t-il souligné, ne s'attendant pas à beaucoup d'évolution dans les derniers échanges de l'année jeudi.

Le secteur de l'énergie a accusé la plus forte baisse de la cote parmi les grandes valeurs, les géants ExxonMobil et Chevron ont perdu respectivement 1,33 % et 1,27 %. 

Le géant internet Facebook a cédé 0,97 % à 106,22 $US après qu'un juge fédéral a validé deux poursuites en nom collectif l'accusant d'avoir dissimulé ses inquiétudes pour ses perspectives de croissance avant son entrée en Bourse de 2012.

Apple, qui va payer 318 millions d'euros après une enquête pour fraude fiscale en Italie, a perdu 1,31 %.

La Bourse de Toronto a cédé plus de 100 points, au deuxième jour d'un ralentissement ayant suivi la longue fin de semaine de Noël, alors que les prix du pétrole ont chuté.

L'indice S&P/TSX a terminé la journée en recul de 103,34 points, à 13 142,41, après avoir perdu 64 points la veille.

Du côté des matières premières, le pétrole brut sur le Nymex pour livraison en février a chuté de 1,27 $, se situant à la fin de la journée à 36,60 $ US le baril. L'or a cédé 8,20 $, à 1059,80 $ US l'once.

Le dollar canadien a aussi chuté, après plusieurs séances de gains légers, retraitant de 0,32 cent, à 72,02 cents U.S.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer