Les marchés en hausse malgré la crise russo-turque

Wall Street a terminé la séance en petite hausse hier, l'augmentation des prix... (PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP)

Agrandir

PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a terminé la séance en petite hausse hier, l'augmentation des prix du pétrole compensant les effets des inquiétudes géopolitiques relancées après la chute d'un avion russe abattu au Moyen-Orient: le Dow Jones a gagné 0,11% et le NASDAQ, 0,01%.

L'indice-vedette Dow Jones a pris 19,51 points, à 17 812,19 points, et le NASDAQ, à dominante technologique, juste 0,33 point, à 5102,81. L'indice S&P 500 a gagné 0,12%, ou 2,55 points, à 2089,14 points.

En baisse toute la matinée, les indices ont fini par bénéficier de la nette hausse des cours du pétrole, elle-même imputée majoritairement aux tensions géopolitiques, après que la Turquie a abattu un avion militaire russe.

Les valeurs liées à l'énergie dans leur ensemble représentaient le secteur en plus forte hausse pour cette séance, à hauteur de 2,19%.

La société de services pétroliers Halliburton a particulièrement tiré profit de la situation, avec un bond de 3,62%, tandis que Chevron gagnait 1,49% et ExxonMobil, 1,99%.

Les mêmes inquiétudes toutefois avaient entraîné la Bourse de Paris et celle de Francfort en nette baisse.

«C'est une question de temps, parce que le marché américain ne s'est orienté à la hausse qu'après la clôture en Europe, mais il est difficile de savoir si l'Europe va également s'orienter à la hausse demain [aujourd'hui]», a commenté Jack Ablin, chez BMO Private Bank.

Par ailleurs, les investisseurs pouvaient saluer quelques bonnes statistiques, à commencer par la deuxième estimation du produit intérieur brut au troisième trimestre, qui s'est révélée un peu meilleure que prévu en affichant une progression annuelle de 2,1%.

Autre bonne nouvelle, les prix des logements ont progressé de 0,6% en septembre dans les principales métropoles américaines, soit environ deux fois plus vite que l'inflation, selon l'enquête Case Shiller.

En revanche, l'institut Conference Board a annoncé que le moral des ménages avait de nouveau reculé en novembre, à la surprise des analystes, ce qui pourrait raviver des craintes sur la consommation à l'approche des fêtes de fin d'année.

L'optimisme général du marché a permis à des entreprises de progresser en dépit de résultats médiocres.

Le bijoutier Tiffany a ainsi gagné 3,62% malgré un bénéfice et un chiffre d'affaires trimestriels nettement inférieurs aux attentes.

Les soupes Campbell ont également vu salués leurs résultats nettement meilleurs que prévu et le relèvement de leurs prévisions. L'action a pris 3,09%.

À Toronto, l'indice composé S&P/TSX a avancé de 25,45 points pour terminer la séance avec 13 407,83 points, alimenté par les gains des actions de sociétés dans les secteurs de l'énergie et de l'or.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié de 0,36 cent US à 75,14 cents US.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a avancé de 1,12 $ US à 42,87 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or s'est adjugé 7 $ US à 1073,80 $ US l'once. Le cours du cuivre a quant à lui pris 3 cents US à 2,05 $ US la livre.

- Avec La Presse Canadienne




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer