Wall Street a fini la séance hier en nette baisse, les brillants résultats d'Amazon ne parvenant pas à vaincre l'inquiétude suscitée par la conjoncture en Chine et aux Etats-Unis: le Dow Jones a perdu 0,92% et le Nasdaq 1,12%.

Mis à jour le 24 juill. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

----------------

Les marchés à la clôture:

TSX 14 186,24 / -79,13 (-0,55%)

Dow Jones 17 568,53 / -163,39 (-0,92%)

S&P 500 2079,65 / -22,50 (-1,07%)

NASDAQ 5088,63 / -57,78 (-1,12%)

----------------

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones a reculé de 163,39 points, à 17 568,53 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 57,78 points à 5088,63 points.

Le S&P 500, un indice élargi que beaucoup d'investisseurs jugent plus représentatif, a perdu 1,07%, soit 22,50 points, pour terminer à 2079,65 points.



«Le problème, ce n'est pas tellement les résultats d'entreprises», a déclaré Tom Cahill, de Ventura Wealth Management, alors que la saison des résultats bat son plein.



Pour lui la chute du marché «a plus à voir avec la Chine et le marché immobilier, et puis les matières première qui font peur», avec notamment la chute de plus de 21% des cours du pétrole brut en six semaines.



Selon lui, «on finit par se demander si (les matières premières) ne jouent pas le rôle du canari dans la mine de charbon», chargé annoncer une catastrophe imminente qui pourrait en l'espèce prendre la forme d'une correction généralisée des marchés.



En Chine, la production manufacturière s'est contractée en juillet, atteignant son niveau le plus bas depuis 15 mois, selon une étude indépendante publiée vendredi, qui confirme les difficultés de la deuxième économie mondiale à se relancer.



Aux Etats-Unis, les ventes de logements neufs ont affiché un recul inattendu en juin, alors qu'après les bons chiffres des reventes de logements parus mercredi, beaucoup espéraient voir une nette confirmation de l'amélioration du marché immobilier.



Du coup, le bénéfice inattendu du commerçant en ligne Amazon n'a rien pu faire pour contrer la tendance générale à la baisse, et l'action du groupe de Seattle a même nettement réduit sa progression au cours de la journée pour finir en hausse respectable de 9,80%, ce qui lui permet de peser plus lourd en Bourse (246,54 milliards US) que le numéro un mondial de la distribution Wal-Mart (230,49 milliards US).



Le chiffre d'affaires d'Amazon a également progressé de 20%, aidé par le développement de l'activité d'hébergement de sites tiers sur les serveurs de sa filiale AWS.



Inquiétude pour les biotechs



L'opérateur téléphonique AT&T, qui a réussi à dépasser les attentes malgré un bénéfice en baisse, a gagné 1,06% , ne parvenant pas à accroître ses gains après le feu vert donné à son rachat de l'opérateur de télévision par satellite DirecTV.



La compagnie aérienne American Airlines, qui a plus que doublé son bénéfice grâce à des économies d'échelle et à la chute du prix du carburant, a cédé malgré tout 6,99%.



La Bourse de Toronto a clôturé en baisse vendredi, tirée vers le bas par les titres des secteurs de l'énergie et des mines, tandis que le dollar canadien s'est légèrement apprécié.



L'indice composé S&P/TSX a retraité de 79,13 points pour terminer la séance avec 14 186,24 points.

Entre-temps, le huard, qui flirtait ces derniers jours avec ses plus faibles niveaux depuis 2004, a avancé de 0,03 cent US pour clôturer à 76,72 cents US.

- Avec La Presse Canadienne