Source ID:; App Source:

Wall Street salue la prudence de la Fed

Wall Street s'inscrivait en nette hausse jeudi à la mi-journée, saluant... (PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP)

Agrandir

PHOTO RICHARD DREW, ARCHIVES AP

Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street s'inscrivait en nette hausse jeudi à la mi-journée, saluant visiblement la perspective d'une hausse très prudente des taux d'intérêt par la Réserve fédérale (Fed), permettant de faire passer au second plan les inquiétudes à l'égard de la Grèce.

-----------------------------------------------

Les marchés vers 12 h 15 :

  • TSX 14 740,82 / 7,84 (0,05%)
  • Dow Jones 18 128,75 / 193,01 (1,08%)
  • S&P 500 2 121,08 / 20,64 (0,98%)
  • NASDAQ 5 133,30 / 68,42 (1,35%)

-----------------------------------------------

«Les marchés sont très heureux de l'indice des prix à la consommation, qui est plus bas qu'on ne le pensait et qui semble être le principal souci de la Fed»,  expliqué Chris Low, de FTN Financial.

L'indice des prix à la consommation de mai a augmenté moins que prévu, à +0,4% sur un mois, ne va pas changer ce tableau, et hors énergie et alimentation, l'inflation est au plus bas depuis décembre.

Or la Fed a répété mercredi, à l'issue de la réunion de son Comité de politique monétaire, qu'elle voulait notamment pour remonter les taux voir l'inflation se rapprocher de son objectif de 2% annuel.

«Le principal message qu'on a retenu c'est que la Fed va relever les taux plus lentement qu'elle ne l'avait dit», a souligné M. Low.

La présidente de la banque centrale Janet «Yellen était attendue plus favorable à un resserrement (de la politique monétaire) qu'elle ne l'avait été en avril, et en fait elle est apparue plus prudente», a-t-il ajouté.

La prudence de la Fed pesait également sur le dollar, ce qui était également de nature à rassurer les investisseurs sur les perspectives des multinationales dépendant des exportations.

Alors que les créanciers affichaient jeudi plus que jamais leur fermeté face à la Grèce et ses obligations de remboursement, M. Low s'est dit «un peu surpris que le marché semble bien prendre la situation».

«Peut-être que le marché a déjà pleinement pris en compte la perspective d'une sortie de l'euro de la Grèce», spéculait-il.

Fitbit débute en force

Du côté des valeurs, le marché a applaudi la première cotation des titres de Fitbit, entreprise spécialisée dans les bracelets et autres appareils connectés permettant de surveiller son activité physique, en faisant bondir le titre de 49,80% à 29,96 dollars.

Fitbit a mis sur le marché quelque 36,6 millions d'actions à un prix d'introduction de 20 dollars, bien au-delà de la fourchette initialement annoncée de 14 à 16 dollars.

L'éditeur de logiciels professionnels Oracle chutait en revanche de 7,21% à 41,67 dollars l'action. Le géant californien, qui a incriminé le renforcement du dollar, a annoncé mercredi soir que son bénéfice net annuel avait chuté de 9,3%, avec une dégringolade de 24,35% pour la seule période mars-mai. Il a également livré des prévisions inférieures aux attentes pour l'exercice 2015-16.

Le groupe informatique IBM, qui a annoncé jeudi une alliance avec Sogeti, filiale du français Capgemini, pour accélérer sa croissance sur le marché des services dématérialisés sur internet, dans le «cloud», prenait 0,50% à 168 dollars.

Dans le cadre de ce partenariat, Sogeti formera des développeurs dans 15 pays sur l'utilisation d'une plateforme d'IBM (Bluemix) censée leur permettre de créer rapidement de nouveaux services dans le cloud.

Le marché obligataire était en baisse. Le rendement des bons à dix ans progressait à 2,354% contre 2,315% mercredi soir et celui des bons à 30 ans à 3,136% contre 3,093% la veille.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer