Source ID:; App Source:

Wall Street finit sans direction, nouveau record pour le Dow Jones

Jack Ma (au centre), fondateur d'Alibaba... (PHOTO BEN HIDER, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Jack Ma (au centre), fondateur d'Alibaba

PHOTO BEN HIDER, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a terminé la séance sur une note hésitante vendredi, malgré l'introduction boursière en fanfare du géant chinois de la distribution en ligne Alibaba, emmenant toutefois son indice vedette, le Dow Jones, à un nouveau record.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones s'est adjugé 0,08% ou 13,75 points, à 17.279,74 points, battant un nouveau record pour la troisième séance d'affilée. Le Nasdaq a cédé 0,30% ou 13,64 points, à 4.579,79 points.

L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,05%, soit 0,96 point, à 2.010,40 points, manquant de peu un deuxième record consécutif.

Toute la matinée, les courtiers n'ont eu d'yeux que sur les écrans montrant le titre d'Alibaba, échangé sous le symbole «BABA», qui a finalement débuté sa cotation peu avant la mi-séance sur le New York Stock Exchange.

Quand elle a commencé, la plus grosse introduction boursière de l'histoire a été saluée par des cris d'enthousiasme sur le plancher du NYSE, plateforme emblématique de la place new-yorkaise, ou se constatait une affluence devenue rare depuis l'ère des échanges électroniques.

Après un bond jusqu'à 99,70 dollars, tout juste au-dessous du seuil des 100 dollars, en hausse de 46% par rapport à son prix d'introduction fixé la veille à 68 dollars, le titre a légèrement perdu du terrain.

Il a toutefois terminé la séance sur un bond de 38%, à 93,89 dollars.

Après un début de séance en hausse, les indices ont perdu de la vigueur, emportés à la baisse par le Nasdaq, qui rassemble les grandes valeurs technologiques.

«C'est la preuve que l'on ne peut jamais prévoir les réactions du marché quand l'on voit qu'après une introduction aussi glorieuse», les indices sont sous pression, «particulièrement dans le secteur» d'Alibaba, a noté Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

Bien que certains pourraient attribuer cette baisse à des craintes sur une éventuelle survalorisation d'Alibaba et du secteur, le prix auquel a coté Alibaba vendredi était selon lui «justifié».

Pour Art Hogan, de Wunderlich Securities, «il s'agit aussi de petites prises de bénéfices» après une semaine qui a connu de nouveaux records à Wall Street.

Les opérateurs ont aussi poussé un soupir de soulagement en constatant vendredi matin que l'Ecosse restait dans le giron du Royaume-Uni, après l'échec du «oui» au référendum sur son indépendance la veille.

Les places financières avaient craint qu'une victoire du camp de l'indépendance ne crée un précédent en Europe, favorisant les velléités sécessionnistes d'autres régions, en Espagne notamment, et déstabilise une région déjà affaiblie par une économie fragile.

Dans ce contexte, la hausse moins forte que prévu de l'indice composite du Conference Board en août est passée relativement inaperçue.

Alibaba occulte l'iPhone 6

Le portail internet Yahoo!, le deuxième actionnaire d'Alibaba a reculé de 2,74 % à 40,93 dollars, une partie du marché craignant une désaffection des investisseurs après la mise sur le marché très attendue d'Alibaba.

«Son titre servait jusqu'à maintenant de porte d'entrée vers Alibaba. Maintenant on peut l'acheter directement», a expliqué Art Hogan. En outre, «les investisseurs se demandent ce que le groupe va faire avec l'argent qu'il a amassé sur ce coup», a-t-il poursuivi. Le groupe aurait empoché jusqu'à 9,5 milliards de dollars.

A l'inverse, le géant de la distribution Amazon, que certains estiment menacé par l'arrivée sur la place new-yorkaise d'Alibaba, a gagné 1,94% à 331,32 dollars.  Le milliardaire et fondateur d'Alibaba Jack Ma s'est dit vendredi intéressé pour créer avec une coentreprise avec son concurrent américain pour aider les petites sociétés.

Dopée par l'enthousiasme entourant la mise sur le marché d'Alibaba, la société internet chinoise Chinanet Online Holdings a décollé de 92,15% à 1,96 dollar.

Dans ce contexte, le groupe informatique Apple n'a que peu profité en Bourse de l'engouement suscité dans 20 pays par la commercialisation vendredi de ses iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus. Son titre a cédé 0,82% à 100,96 dollars.

Le spécialiste des logiciels professionnels Oracle, dont le médiatique fondateur et directeur général, Larry Ellison, a décidé de céder les rênes, s'est enfoncé de 4,21% à 39,80 dollars.

La chaîne américaine de magasins de bricolage Home Depot, qui a indiqué jeudi que la sécurité de 56 millions de cartes bancaires avait été compromise lors de la cyber-attaque dont elle a été victime entre avril et septembre, a toutefois grignoté 0,27% à 92,34 dollars.

Le marché obligataire a progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,587% contre 2,629% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,299% contre 3,359% à la précédente clôture.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer