Royal Air Maroc entend lancer un appel d'offres d'ici la fin de 2013 pour faire l'acquisition de 12 à 15 appareils à fuselage étroit.

Mis à jour le 1er août 2013
Marie Tison LA PRESSE

Le transporteur considère trois appareils: l'Embraer 190, le Superjet 100 de Sukhoi et la CSeries de Bombardier [[|ticker sym='T.BBD.B'|]], a fait savoir le président-directeur général de Royal Air Maroc, Driss Benhima, dans une entrevue avec L'Usine Nouvelle.

Le contrat pourrait tourner autour de 200 millions de dollars.

La CSeries pourrait avoir un avantage sur ses concurrents: Bombardier Aéronautique a établi une usine de fabrication de composants à Casablanca au début de l'année. L'avionneur devrait y investir 200 millions de dollars au cours des huit prochaines années. À terme, l'usine emploiera 850 personnes.

«Il est évident que comme entreprise partie prenante du plan Emergence mis en place par notre gouvernement, nous accordons de l'importance à l'implantation locale des constructeurs, a déclaré M. Benhima à L'Usine Nouvelle. Il ne faut pas oublier que l'État est le principal actionnaire de Royal Air Maroc.»

Le transporteur voudrait exploiter de 12 à 15 appareils moyen-courriers de 100 places qui disposeraient d'une autonomie de quatre heures et demie à cinq heures de vol.

Le transporteur serait prêt à acheter ou à louer ces appareils pour une période de 7 à 12 ans.

Le plus petit appareil de la CSeries, le CS100, peut transporter de 108 à 125 passagers selon la configuration de la cabine. Son autonomie peut atteindre 5463 km.

M. Benhima a déclaré à L'Usine Nouvelle que l'appareil choisi devrait permettre à Royal Air Maroc d'offrir des vols directs, notamment avec l'Europe et l'Afrique.

Évaluation

Il a indiqué que sa société avait loué deux appareils Embraer 190 cet été pour valider l'utilité d'avions de cette taille.

L'Embraer 190 peut transporter de 98 à 114 passagers. Son autonomie est de 4445 km.

«Le conseil d'administration attend les conclusions des tests pour lancer l'appel d'offres», a indiqué M. Benhima.

Le Superjet 100 peut transporter 98 passagers. Sa version «longue portée» a une autonomie de 4578 km.

Le Superjet et l'Embraer 190 sont des appareils existants alors que le CS100 de Bombardier n'a toujours pas fait son premier vol. L'avionneur a fait savoir que ce vol inaugural, après trois reports, devrait avoir lieu au cours des prochaines semaines.

Règle générale, l'entrée en service survient environ un an après le premier vol.

Bombardier divulguera ce matin ses résultats pour le deuxième trimestre, ce qui permettra peut-être d'en savoir un peu plus sur l'échéancier du programme de la CSeries.