Alors que le S&P 500 touche un autre record, Caterpillar (CAT) est bien loin de connaître un tel succès.

Mis à jour le 22 juill. 2013
Jean Gagnon LA PRESSE

La multinationale américaine est le plus important fabricant de machinerie utilisée dans la construction d'infrastructures. Elle est aussi présente dans les secteurs des mines et de la forêt.

Sa performance boursière est généralement le reflet de la vigueur de l'économie mondiale, ce qui explique probablement sa faiblesse actuelle.

Le cours de l'action a atteint des sommets au-dessus de 110$US au printemps 2011 et durant l'hiver 2012. Mais depuis l'été dernier, il peine à se maintenir au-dessus de 80$US, alors que le S&P 500 s'est apprécié de plus de 30%.

La performance boursière peu reluisante de Caterpillar pourrait se poursuivre, selon Jim Chanos, de Kynikos Associates, qui gère un fonds spécialisé dans la vente à découvert.

Invité à prendre la parole lors de la Delivering Alpha Conference, une réunion annuelle très courue par les hedge funds (fonds spéculatifs), M. Chanos a révélé qu'il vendait à découvert les actions de Caterpillar.

Les difficultés de l'entreprise découlent principalement de la faiblesse du secteur des matières premières, mais aussi du fait qu'elle ne dispose pas de la flexibilité financière nécessaire pour racheter ses propres actions, comme bien d'autres grandes sociétés le font, au grand plaisir des investisseurs.

Caterpillar divulguera mercredi ses résultats financiers pour le dernier trimestre et ceux-ci pourraient bien confirmer la thèse de Jim Chanos. Le consensus des analystes prévoit des bénéfices par action de 1,70$US, soit 33% de moins que l'année dernière.

Retour des particuliers

L'enthousiasme des particuliers devrait-il vous inquiéter?

L'engouement des particuliers pour les marchés boursiers semble atteindre son paroxysme en même temps que les chaleurs de l'été. Selon la firme Trim Tabs, 6,6 milliards US ont été investis dans les fonds communs d'actions américaines et 20,4 milliards US dans les fonds négociés en Bourse durant les deux premières semaines de juillet. Il s'agit de la plus forte cadence depuis le début de l'année. Pas surprenant que l'indice S&P 500 et le Dow Jones touchent de nouveaux sommets.

Au même moment, l'enquête hebdomadaire de l'American Association of Individual Investors (AAII) révèle qu'il y a présentement près de trois fois plus d'investisseurs qui disent être optimistes quant aux perspectives des marchés boursiers pour les six prochains mois qu'il n'y en a qui craignent un recul.

En matière d'investissement boursier, les investisseurs individuels sont réputés pour se présenter en masse lorsque la hausse s'achève. Est-ce cela qu'indiquent les données de Trim Tab et de l'AAII?

Les experts sont, quant à eux, moins enthousiastes. Alors que l'indice S&P 500 s'est apprécié de plus de 18% depuis le début de l'année, les stratèges des grandes banques recommandent aux investisseurs de n'allouer que 49,8% de leur actif aux actions. C'est bien loin des 60 ou 70% d'allocation en actions qu'ils recommandaient fréquemment par le passé.

Est-ce l'enthousiasme des individus ou le scepticisme des experts qui prévaudra?

----------------

À suivre cette semaine

Aujourd'hui

Les divulgations de résultats trimestriels seront nombreuses cette semaine, à commencer aujourd'hui par le Canadien National (CNR) dont les bénéfices augmenteront de 6 %, selon le consensus des analystes, et d'Imperial Oil qui pourrait voir ses profits par action du trimestre passer à 1,06 $ cette année contre 0,69 $ l'année dernière.

Demain

Le secteur des mines et matières premières est sous pression, et les résultats du géant Freeport-McMoRan devraient le refléter. Les analystes prévoient des bénéfices par action de 0,49 $US, comparativement à 0,80 $US au trimestre correspondant de l'exercice précédent. AT&T et Valero Energy publieront également leurs résultats.

Mercredi

L'attention se tournera vers CGI qui annoncera ses résultats trimestriels. Le titre s'est apprécié de 35 % depuis le début de l'année. Plusieurs grandes sociétés américaines, dont Boeing, Caterpillar, Facebook et Visa, divulgueront leurs résultats trimestriels. Au Canada, Encana, Loblaw et Rogers Communications feront de même.

Jeudi

Nous saurons comment la chute du prix de l'or a affecté les résultats du producteur canadien Goldcorp. Nous apprendrons également si Embraer a mieux fait que sa rivale Bombardier au cours du dernier trimestre. Potash et Teck Resources devraient, pour leur part, annoncer une baisse de leurs bénéfices trimestriels.

Vendredi

Au nombre des firmes qui divulgueront leurs résultats trimestriels, notons Celestica et TransCanada Corp. sur le marché canadien, de même que le fonds d'investissement KKR et la papetière Weyerhaeuser chez nos voisins du Sud.