La reprise économique, Alex Lane, vice-président et gestionnaire de fonds chez Fonds Dynamique, y croit... même s'il est conscient que le marché, lui, a d'importants doutes. Il estime donc que la Bourse connaîtra une bonne performance en 2011, quand les soubresauts de l'automne seront passés. Des titres pour en profiter...

Stéphane Paquet LA PRESSE

Paramount Resources [[|ticker sym='T.POU'|]]

Fermeture vendredi 19,80$

Haut de 52 semaines 20,59$

Bas de 52 semaines 5,96$

Performance en 2010 +34,7%

Paramount, c'est le petit empire énergétique de la famille Riddell. L'entreprise détient des propriétés dans le pétrole, les sables bitumineux, mais surtout le gaz naturel. «Ils ont beaucoup de propriétés dans presque tous les secteurs en croissance au pays», souligne M. Lane. Le problème, ajoute-t-il, c'est que la génération précédente a peu mis en valeur ces actifs, ce qui fait en sorte que le titre se transige au rabais. Les dirigeants actuels sont en train de changer cette façon de faire. «La croissance va exploser au cours des deux prochaines années», croit le gestionnaire, qui demeure persuadé que le prix du gaz va remonter. Prix cible d'ici deux ans: 40$.

Descartes Systems Group [[|ticker sym='T.DSG'|]]



Fermeture vendredi 6,25$

Haut de 52 semaines 6,95$

Bas de 52 semaines 4,25$

Performance en 2010 -1,1%

Quand on croit à la reprise, on peut acheter des sociétés de chemin de fer, de camionnage ou de conteneurs. M. Lane préfère Descartes, qui fournit à l'industrie du transport des services de logistique. Il souligne qu'en cas de ralentissement, le titre est plus défensif qu'une entreprise de camionnage. Il apprécie particulièrement le patron de Descartes, At Mesher, qui a réalisé un «revirement majeur» de l'entreprise au cours des trois dernières années. Descartes ne verse pas de dividende, mais aurait les moyens de le faire un jour, souligne encore M. Lane. «Mais comme gestionnaire de type croissance, ça ne me dérange pas.» Cible: 10$.

Quincaillerie Richelieu [[|ticker sym='T.RCH'|]]

Fermeture vendredi 25,36$

Haut de 52 semaines 25,50$

Bas de 52 semaines 17,50$

Performance en 2010 +12,7%

«Un de nos titres favoris depuis longtemps!» indique celui qui gère 370 millions dans ses fonds. «Dans un environnement économique difficile comme le nôtre, les gens veulent quand même refaire une beauté à leur maison», poursuit-il. D'où le choix de la montréalaise Quincaillerie Richelieu, qui a su profiter de la faiblesse de ses compétiteurs pendant le ralentissement pour faire des «acquisitions intelligentes». Plus encore, la majorité du chiffre d'affaires de Richelieu provient de petits entrepreneurs, elle n'est donc pas dépendante d'un seul grand fournisseur. Cible à 35$.

Martinrea International [[|ticker sym='T.MRE'|]]

Fermeture vendredi 7,72$

Haut de 52 semaines 9,72$

Bas de 52 semaines 5,80$

Performance en 2010 -8,6%

«C'est une bonne entreprise qui est sortie encore plus forte de la récession», dit Alex Lane de ce fabricant de pièces de voitures de la grande région de Toronto. Il voit le titre à 10$, voire 12$ d'ici 18 mois. Il base une partie de son analyse sur la performance de plus grands joueurs comme Magna International, dont le titre a déjà repris une bonne partie du terrain perdu pendant la dernière crise.

À vendre: Major Drilling [[|ticker sym='T.MDI'|]]

Fermeture vendredi 22,25$

Haut de 52 semaines 30,66$

Bas de 52 semaines 19,50$

Performance en 2010 -22,7%

Le gestionnaire a vendu le titre de ce foreur basé à Moncton au début du mois de juin. Il attend qu'il redescende à environ 15$ ou 16$ pour en racheter. À court terme, il ne croit pas que les grandes sociétés aurifères vont forer suffisamment pour soutenir des prix élevés pour les services de forage. «Elles sont plus en mode fusion et acquisition avec de petits joueurs», dit M. Lane. Et comme il ne s'attend pas à ce que la situation change d'ici 2011, il passe son tour.

Pour joindre notre journaliste : spaquet@lapresse.ca