Annoncée depuis 2019, la fermeture de l’usine des biscuits Whippet deviendra réalité en août prochain. Environ 150 travailleurs sont touchés.

Publié le 11 juin
André Dubuc
André Dubuc La Presse

La nouvelle a été annoncée aux employés en mai dernier. Ceux-ci n’ont pas été pris par surprise. L’usine devait d’abord fermer en 2020, puis la date fatidique a été repoussée en 2021.

« Pendant la COVID, des problèmes, notamment des restrictions de voyage, ont retardé la mise en œuvre complète de notre expansion à notre usine de Cambridge, en Ontario », explique dans un courriel Sidney Dare, responsable des relations avec les médias chez Aliments Dare. « Nous sommes reconnaissants du dévouement et de la flexibilité de ces employés à l’usine de Saint-Lambert, particulièrement pendant cette période difficile qui a précédé la fermeture de l’usine », prend-elle soin d’ajouter.

Ce sera alors la fin des Whippet fabriqués au Québec. Le populaire biscuit à la guimauve et au chocolat avait été créé en 1901 par la biscuiterie Viau. Preuve de la place qu’il occupe dans l’histoire populaire du Québec, le Whippet a eu droit à son exposition à l’Écomusée du fier monde en 2008.

Quant à l’usine vétuste inaugurée en 1963, elle sera démolie pour faire place à un lotissement résidentiel.

À ce propos, le projet Dare Coupal – du nom des précédents occupants des lieux, Dare et Rona-Matériaux Coupal –, mené par le promoteur Pur Immobilia, prévoyait la construction d’une série d’immeubles de trois à huit étages tout près de la gare, ainsi que des commerces de proximité et plusieurs espaces verts.

En réaction à la grogne populaire, la Ville de Saint-Lambert a depuis proposé un nouveau plan particulier d’urbanisme limitant le nombre d’étages sur les deux terrains. Des consultations publiques sont prévues ce mois-ci. L’adoption des outils d’urbanisme est prévue pour juillet.

Lisez l’article « “Pas dans ma cour” à Saint-Lambert ? »

Expansion à Sainte-Martine

Dare a encore une présence au Québec, à Sainte-Martine, en Montérégie. On y fabrique notamment les biscottes et croûtons de marque Grissol.

« Nous y introduisons une nouvelle gamme de produits, nous agrandissons le bâtiment, nous installons une nouvelle ligne de production et nous embauchons de nouveaux employés pour travailler sur cette nouvelle ligne et ce nouveau produit », a fait savoir Sidney Dare, sans donner plus de détails.

Entreprise familiale canadienne privée qui a commencé ses activités en 1892, Dare emploie actuellement 1300 personnes. Ses biscuits, craquelins, biscottes et bonbons sont vendus dans plus de 50 pays.